Produit Dérivé

Un produit dérivé, est un produit financier au même titre qu’une action, obligation etc… Cependant, sa valeur varie en fonction de la valeur du sous-jacent qui est généralement un produit financier également. Par exemple, une action n’est pas un produit dérivé car celle-ci ne varie pas en fonction d’une autre action (du moins, pas directement). Mais imaginons un produit qui vaut 1 euro si une action dépasse une certaine valeur, ce produit sera alors un produit dérivé.

Détails
Il existe un grand nombre de produits dérivés, Ils existent en deux grandes catégories : les produits fermes, qui lorsqu’on les achète, on s’engage à effectuer une transaction à un certain moment.

• Les futures (contrat par lequel on s’engage à faire une transaction à une certaine date à un prix connue d’avance)
• Les Forwards (fonctionnent comme les Futures mis à part le fait que ceux-ci sont sur mesure donc difficilement revendable)
• Les Swaps(contrat par lequel une entité s’engage à effectuer une transaction pendant un certain moment, en échange il nous ait obligé d’effectuer une autre transaction pendant cette même durée).

Il existe aussi des produits optionnels, qui lorsqu’on les achète nous donne un droit et non une obligation.

• Les options (nous donne le droit d’acheter ou de vendre à un certain prix à une certaine date)
• Les Warrants (fonctionnent comme les options mis à part le fait qu’il ne soit pas standardisé)

Il existe également des produits dérivés liés à l’environnement, l’actif sous-jacent n’a donc aucune valeur. Par exemple, il existe des produits dérivés qui permettent de gagner une certaine somme d’argent si la température excède une certaine valeur pendant un certain temps à un endroit donné. Ils sont comparables à des contrats d’assurance.

Il en existe beaucoup d’autres et même de très compliqués, dont le calcul de leur valeur font appel à des connaissances assez poussés. Cela dit ils représentent l’essentiel des transactions faites en bourse.

1 comment for “Produit Dérivé

  1. Harry
    2 août 2011 at 17h36

    En 2010, la part des transactions exécutées par des automates de trading sur les marchés NYSE et Euronext variaient de 40 à 50%. Cette évolution a transformé les marchés financiers et les risques sous-jacents. A cet égard, on citera le mini-krach de Mai 2010 qui avait vu le Dow Jones chuter de 10% en quelques secondes. Parmi ces transactions automatiques, une proportion croissante consiste en des achats-ventes effectués en quelques dixièmes de seconde par des machines. Du point de vue de ces partisans, ce Trading à Haute Fréquence apporte de la liquidité au marché en facilitant la coïncidence de l’offre et de la demande. Toutefois, il est indéniable que des dérives ont été constatées qui sont de nature à léser les autres acteurs du marché et qui surtout, ne sont pas encore complètement encadrées par les régulateurs…

    Le Trading Haute Fréquence est une nouvelle matérialisation de l’innovation en finance de marché. Il est porteur d’avancées mais également de risques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *