Le taux de chômage anglais surprend

le 08/06/2011
1GBP = 1.6354 USD

Le taux de change GBP/USD s’affiche avec un recul de -0.5% en ce début d’après-midi. Depuis une semaine, la Livre se déprécie face au Dollar.

Actualités
Les demandes d’allocations chômages en Grande-Bretagne ont augmenté significativement le mois dernier. De plus, la politique d’austérité, menée par le gouvernement, a des répercussions plutôt négatives sur la demande intérieure et l’investissement. En effet, ils ont diminué respectivement de 1.7% et 4% au premier semestre. Le seul point positif reste la forte demande extérieure qui permet à la Grande-Bretagne de conserver une balance commerciale excédentaire.
La semaine dernière, les chiffres de l’emploi américain ont poussé les investisseurs à se détourner du dollar. En effet, les prévisions annonçaient une baisse du taux de chômage, or il est resté relativement stable, passant de 9,0% à 9,1%.

Macroéconomie

Les cambistes restent dans l’attente du discours de Ben Bernanke, président de la Reserve fédérale américaine, qui aura lieu un peu plus tard dans la soirée. De son coté, le président de la Fed de Dallas, Richard Fisher, s’est opposé aujourd’hui à la poursuite du programme d’assouplissement quantitatif du pays. Le billet vert a, ainsi, rebondit.

Malgré l’inflation, les récentes corrections sur le prix du baril et les autres matières premières laissent penser que la Banque d’Angleterre ne relèvera pas ses taux dans les jours à venir. De plus, les exportations étant aujourd’hui primordiales, les politiques font pression pour ralentir cette inflation.
Ces évènements plaident en faveur d’une baisse de la Livre à court terme face au Dollar.

Risques

Hier soir, Ben Bernanke, Directeur de la FED, a confirmé un ralentissement de l’économie suite aux chiffres décevants de l’emploi. Cependant, il a estimé que l’économie américaine devrait rebondir au second semestre 2011 et que la menace inflationniste, bien que préoccupante, ne devrait pas perdurer. Les dirigeants vont donc devoir arbitrer entre politiques accommodantes afin de relancer la croissance et un plan crédible de réduction du déficit à long terme afin de maintenir la confiance des investisseurs dans le dollar.

Enfin, Moody’s a confirmé ce matin que la Grande-Bretagne risquait de voir sa note AAA se dégrader. En effet, cet avertissement fait suite aux mauvaises perspectives de croissance et aux futurs efforts à fournir afin de soulager la dette britannique.

Analyse théorique
Les taux d’intérêts directeurs américains devraient osciller entre 0% et 0,25% et rester stables à court terme. Ces niveaux très bas favorisent l’investissement en rendant le crédit plus accessible et moins couteux. Les taux courts britanniques fixés à 0,5% sont légèrement plus élevés. Or, si les taux directeurs sont relevés à long terme (comme nous le prévoyons à l’aide des bonnes perspectives de la FED) alors la demande en devise américaine augmentera. Ceci aura pour effet immédiat d’augmenter le taux de change anticipé USD/GBP selon la parité des taux d’intérêts non couverte.

Agenda de la semaine
Les décisions de la Banque d’Angleterre en matière de politique monétaire seront données cette après-midi. Il y a de fortes chances que les taux directeurs restent inchangés. Vendredi seront annoncés les indices de prix à la production ainsi que les variations des niveaux de productions industrielles. On s’attend alors à une légère augmentation du niveau générale des prix qui confortera la baisse du niveau de la Livre.

En fin de semaine, les indices des prix américains à l’exportation et à l’importation pourront jouer sur l’équilibre de la balance commerciale et donc sur le niveau du dollar. Mais des fluctuations seront à surveiller demain suite à l’annonce des chiffres des demandes d’allocations chômages. Enfin, on attend aux Etats-Unis, la publication à 16h30 des stocks de pétrole brut, puis à 20h00 la publication du Beige Book (rapport détaillé de l’économie américaine).

Conclusion
En début d’après-midi, la livre a encore chuté face au dollar de 0,43%. Cette tendance devrait se poursuivre, notamment à cause de l’inflation et de la situation préoccupante de la dette britannique.

Cependant, suite aux mauvais résultats sur le marché de l’emploi, une augmentation des demandes d’allocations chômages est à prévoir. Ainsi, on pourrait observer une légère correction du dollar demain après-midi.

Vanessa Dreyer et Paul Hirel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *