Le prix de l’Or suit le taux de change Euro Dollar US

Le prix de l’Or a chuté début Septembre 2014, à la suite notamment de la décision par la Banque Central Européenne (BCE) de réduire les taux d’intérêt au plus bas historique de l’institution dans une tentative de lancement d’un programme d’achats massifs d’actifs pour freiner la déflation des prix.

La BCE a annoncé trois coupes. Le taux des opérations principales de refinancement a été ramené de 0.15 % à 0.05 %, celui de la facilité de dépôt d’un taux de 0.2 % à un taux de 0.1 %, et celui de la facilité de prêt marginal de 0.4% à 0.3 %.

Un Dollar US plus fort que l’Euro rend les libellés en dollar, dont l’Or ou l’Argent, plus coûteux pour les investisseurs non-américains ou hors zone Dollar US.

Le chef analyste d’HSBC pour les métaux précieux, James Steel, le confirme: « Un environnement de politiques monétaires accommodantes au niveau mondial tend à favoriser les prix des métaux précieux, l’Or et l’Euro etant à un niveau historique de corrélation positive (…) Par la suite, de nouvelles pressions sur l’Euro pourront peser sur les prix de l’Or. »

Avec cette information, les experts en métaux précieux doutent que l’Or sera en mesure de briser la barre des 1300 dollars dans les semaines à venir. Au moment de la rédaction de cet article, le prix et graphique en direct de BullionVault montre que le taux spot de l’Or tourne autour des 1220$-1230$ l’once d’Or.

Le président de la BCE, Mario Draghi, a déclaré que sa banque centrale devrait commencer à acheter des obligations et des titres adossés à des actifs en Octobre 2014 afin de combattre la stagnation de la croissance et et surtout la potentielle déflation qui pointe à la suite de l’affaiblissement drastique de l’inflation. Il n’a pas dit, cependant, quelle serait la portée de cette stimulation monétaire.

« Il est un peu surprenant que ce programme comprenne également des obligations sécurisées (covered bonds), mais il est en ligne avec l’objectif de la BCE de présenter un programme avec une taille qui accroîtra utilement le bilan de la BCE, en l’absence d’achats d’obligations souveraines » dit Claus Vistesen, chef économiste pour la Zone Euro chez Pantheon Macroeconomics. « Une autre critique portant sur l’intention de la BCE de ‘remuer de manière significative’ la taille de son bilan montre clairement que la BCE est envoi un signa comme quoi elle est maintenant disposée à élargir activement son bilan de banque centrale. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *