Pression sur le billet vert

Recommandation: Neutre
Taux Spot: EUR/USD
Cours au 04/08/2010 : 1 EUR = 1.32 USD

Macroéconomie

Hier, l’euro poursuivait sa hausse, avec un plus haut à 1.3263, face à un dollar plombé par des indicateurs américains décevants et des rumeurs de marché sur d’éventuelles nouvelles mesures d’assouplissement monétaire aux Etats-Unis. Cet après-midi, la monnaie unique repartait légèrement à la baisse face au billet vert, tout en se rapprochant de sa clôture de la veille 1.3232.

A 14h00, la paire EUR/USD est à 1.3223 avec une baisse de 0.07% par rapport à sa clôture de la veille, 1.3232.

Actualités

Dans la zone euro, les ventes au détail du mois de juin sont restées stables, en raison notamment du recul des ventes de produits alimentaires. Sur un an, elles ont progressé de 0.4%, les économistes anticipaient cette stagnation mensuelle, mais prévoyaient une croissance limité à 0.1% sur un an. La différence s’explique par la révision en hausse de la lecture de mai, de +0.3 à +0.6%. Sur le Forex, cette nouvelle a fait fortement monter la paire EUR/USD.

Les dernières statistiques en provenance des Etats-Unis confirment un amollissement conjoncturel, comme en témoignent des dépenses de consommation des ménages stables en juin (+0.1%), les revenus (+0.3%) l’étant aussi. Et le taux d’épargne de 6.4% revient à son plus haut niveau depuis juin 2009.

Par ailleurs, en Espagne, le Ministère du Travail a annoncé que le chômage a baissé pour le quatrième mois consécutif, avec une baisse de 1.85% du nombre de demandes d’emplois en juillet. Fin juillet, le nombre de chômeurs s’élevait à 3.9 millions. Cependant, ces chiffres ne sont pas rassurants puisque vendredi dernier, l’INE avait annoncé que le taux de chômage avait continué de croître au deuxième trimestre, s’inscrivant à 20.09% de la population active. Cet écart est le résultat de méthodes de calcul différentes.

Enfin, on notera que la billet vert est également pénalisé par les chiffres des commandes à l’industrie du mois de juin, qui ont reculé de 1.2%, alors que les économistes anticipaient une chute limitée à 0.5%, ce qui semble avoir mis un terme à la correction entamée par la monnaie européenne à la mi-journée, suite à ses derniers plus hauts.

Risque

Avec des mauvaises statistiques américaines : nouveau recul des promesses de ventes de logements, deuxième mois consécutif de repli marqué des commandes industrielles et stagnation des revenus et dépenses des ménages, le billet vert continue à perdre du terrain face à la monnaie unique, par conséquent il risque de se retrouver dans une situation où il est perdant sur tous les fronts, faiblissant en cas d’indicateurs inquiétants sur la croissance américaine mais également après de bons indicateurs car ils diminuent son attrait de valeur refuge.

Géopolitique

Alors qu’une série d’indicateurs continuent de mettre en évidence une stagnation de l’économie aux Etats-Unis, les prix du pétrole connaissaient quelque répit et se repliaient légèrement aujourd’hui, en début d’échanges européens, après avoir enregistré lundi et mardi d’importantes hausses qui leur ont permis de monter au-delà de 82 dollars, au plus haut depuis début mai.

Il faut préciser que la faiblesse de la monnaie américaine favorise les achats de matières premières libellées en dollars, pour les investisseurs munis d’autres devises.

Vers 14h30 le baril de Brent à New York s’échangeait à 82.33 dollars, avec une baisse de 0.18% par rapport à la clôture de la veille 82.48.

Analyse Théorique

D’un point de vue graphique, la tendance du taux spot EUR/USD reste haussière, et le cross EUR/USD poursuit sa course sur sa moyenne mobile à 50 jours, à proximité immédiate des 1.3200. A moyen terme, notre objectif est toujours fixé à la hausse, avec un retour escompté vers les 1.3265. Ensuite, ce sera le point de 1.3365 qui sera notre objectif.

Agenda

Cet après-midi, les investisseurs surveilleront l’indice ISM non manufacturier attendu à 53.2, qui sera publié à 16h00, cet indice devrait aider les opérateurs à se faire une idée plus précise de la conjoncture US. De plus, à 16h30 la publication des stocks de pétrole brut attendue à -0.9M, sera également suivie.

Par ailleurs,  l’Energy Information Agency (EIA) publiera tout à l’heure son baromètre hebdomadaire des produits pétroliers américains : l’évolution des stocks.

Conclusion

La pression sur le billet vert reste encore vive, notamment en raison d’inquiétudes de la part des analystes sur la situation économique et les perspectives de croissance aux Etats-Unis. Alors qu’hier, une série de vives hausses emmenaient la paire EUR/USD jusqu’à un record de 1.3263, le taux spot EUR/USD reprenait son souffle ce midi.

Pour les heures à venir, nous émettons un avis neutre et proposons aux cambistes de rester hors du marché, dans l’attente de prochains signes techniques clairs. Cependant, nous prendrons soin de noter qu’un franchissement des 1.3265 raviverait la tension acheteuse tandis qu’un franchissement des 1.3150 relancerait la pression vendeuse.

Vers 14h30 le spot EUR/USD est à 1.3213 avec une baisse de 0.14% par rapport à sa clôture de la veille 1.3232.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *