Poursuite de la politique monétaire accommodante

Cours 1 EUR = 1.336 USD

Le taux spot EUR/USD est actuellement de 1.326 $. Depuis le 14 mars dernier, la tendance est globalement haussière, l’euro valait alors 1.303 $. Néanmoins, la monnaie unique a perdu un peu de terrain dans la journée de mardi.

Actualités

Lundi, le président de la Fed, Ben Bernanke, a expliqué qu’une poursuite de la politique accommodante demeurait nécessaire face aux faiblesses du marché du travail américain. Un troisième plan d’assouplissement quantitatif (QE 3) est donc de plus en plus probable. De plus, bien que la croissance américaine soit de 2-3 % au premier trimestre 2012, Ben Bernanke est pessimiste sur la reprise.
De son côté, Mario Draghi, président de la BCE, s’est voulu rassurant sur la situation européenne, bien que certain pays sont en récession.
Le gouvernement espagnol a perdu des élections en Andalousie ce week-end, reflétant l’impopularité des mesures d’austérité. L’Espagne inquiète actuellement les marchés, elle doit présenter vendredi un projet de budget rectificatif pour 2012 afin de réduire son déficit plus important que prévu.
Néanmoins, le sentiment vis-à-vis de la dette souveraine s’améliore. L’Allemagne a évoqué un « compromis » sur le rapprochement du FESF (Fonds Européen de Stabilité Financière) et du MES (Mécanisme Européen de Stabilité). Cela permettrait une augmentation des fonds suffisant pour financer, au besoin, l’Espagne. La Finlande reste réservée sur la nécessité d’accroître le « pare-feu » financier pour les pays fragiles de la zone euro.
Du côté des indicateurs économiques, le climat de confiance des consommateurs allemands a reculé à 5.9 alors qu’une hausse était attendue. Aux Etats-Unis la baisse du climat de confiance a été plus forte que prévue, elle passe de 71.6 à 70.2. En revanche, le climat des affaires et les perspectives des affaires en Allemagne sont positifs et tire l’Europe vers le haut. Enfin, les ventes de logements en attente aux États-Unis a reculé de 0.5 % après une hausse de 2 % le mois précédent.

Macroéconomie

L’euro poursuit sa tendance haussière grâce notamment à un regain de confiance des marchés dans la zone euro. Le 20 mars dernier, la Grèce a remboursé sa première échéance de 14.5 milliards d’euros à ses créanciers après avoir reçu l’accord d’un second plan d’aide d’un montant total de 237 milliards d’euros. C’est maintenant au tour de l’Espagne d’inquiéter les investisseurs, mais l’augmentation de la puissance du « pare-feu » européen permettrait d’éviter une faillite. L’Allemagne, anciennement contre ce renforcement, vient de donner son accord.
La situation américaine plutôt propice ces dernières semaines connait un ralentissement. Les chiffres de l’immobilier et de l’emploi sont en baisse ; le président de la Fed reste très prudent sur la reprise économique du pays. Les investisseurs se tournent donc naturellement vers l’euro qui retrouve sa plus forte valeur depuis un mois.

Risque

L’Espagne est le nouveau pays à surveiller en Europe. Vendredi, le pays doit présenter un projet de budget rectificatif pour 2012 du fait d’un déficit plus important que prévu. Le plan de rigueur en place est déjà impopulaire, de nouvelles mesures pourraient entraîner des contestations.
L’intervention de Ben Bernanke sur l’état de santé de l’économie américaine pourrait traduire une volonté de maintenir le dollar à un niveau pas trop élevé afin de ne pas pénaliser l’activité du pays. Les États-Unis sont actuellement en période de reprise, de bons indicateurs économiques sont donc à attendre dans les prochaines semaines.

Agenda de la semaine

Les cambistes vont donc suivre de près l’annonce du gouvernement espagnol, mais d’ici là, l’indice des prix à la consommation en Allemagne devrait reculer passant de 0.7 % à 0.3 %. Aux États-Unis, les commandes principales de biens durables sont attendues à +1.5 % après avoir chuté de 3 % le mois dernier.
Jeudi, les chiffres du chômage américain devraient rester stables par rapport à la semaine dernière à des niveaux relativement bas. Le Pib est attendu à 3 % et l’indice des prix du Pib à 0.9 %, sans variations. Le président de la Fed fera une intervention en fin de journée.
En Allemagne, le chômage devrait rester stable à 6.8 % malgré une baisse de 10 000 chômeurs aux mois de mars.

Conclusion

La tendance haussière de l’euro pourrait se maintenir dans les prochains jours du fait du regain d’optimiste des marchés sur la situation européenne. Néanmoins, la zone euro reste, pour une partie, en récession, la crise économique et celle des dettes souveraines sont toujours présentes. Les États-Unis sont, quant à eux, plus proche de la sortie de crise, les investisseurs devraient donc se tourner vers le dollar au moindre repli européen.
Le taux spot EUR/USD devrait augmenter encore dans les prochains jours, mais ne devrait pas dépasser la barre des 1.35 $.

Colin Rousselot

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *