Analyse Saint Gobain

Cours 34.98 €

Le cours de l’action Saint Gobain est actuellement de 34.98 €. La tendance était globalement à la hausse depuis le mois de décembre 2011, l’action est passée de 27.2 € à 37.2 € au 15 mars. Depuis une dizaine de jours, la tendance semble s’inverser, Saint Gobain a perdu 6 %.

Environnement

Saint Gobain est une entreprise française qui fait partie des leaders mondiaux de fabrication et distribution de matériaux de construction. La principale activité est la distribution de matériaux, cela représente 43.2 % du chiffre d’affaires (CA) avec des enseignes comme Point.P et Lapeyre. Viennent ensuite les activités de fabrication de produits de construction, 25.1 % du CA ; de fabrication de vitrage, 12.9 % du CA ; et de fabrication d’autres matériaux, 18.8 % du CA.
Le secteur de la construction est fortement sujet aux fluctuations macroéconomiques. Saint Gobain réalise 80 % de son activité dans la construction dont 50 % en Europe. Les ralentissements de croissance actuels ne sont pas propices au groupe. De plus, il réalise 50 % de son résultat hors zone euro et subit donc les variations du prix des matières premières combinées aux variations de change.

Actualités

Au cours des derniers mois, le groupe Saint Gobain a réalisé l’acquisition de la division canalisation de l’entreprise Indienne Electrotherm pour un montant de 135 millions d’euros. Cette société a effectué un chiffre d’affaire de 80 millions d’euros en 2010 avec un effectif de 715 personnes.
Le groupe a également acquis les sociétés Abrasivos Argentinos S.A. et Dancan S.A. en Argentine, et leurs filiales au Brésil et en Uruguay, spécialisées dans la production d’abrasifs appliqués et de rubans de masquage. Le chiffre d’affaires cumulé de ces sociétés était de 27 millions d’euros en 2010.
Le 16 février dernier, le groupe a publié ses résultats annuels pour l’exercice 2011 en hausse. Le résultat net a progressé de 13.7 % atteignant 1.218 milliard d’euros, le chiffre d’affaires a, quant à lui, augmenté de 5 % à 42.116 milliards d’euros.
Dans la foulée, le PDG du groupe, Pierre-André de Chalendar, a annoncé que la croissance devrait être moins soutenue pour l’année 2012. En effet le groupe anticipe un ralentissement de la demande en Asie et en Europe mais prévoit une reprise dans le secteur de la construction en Amérique du Nord.
Le 14 mars dernier, Saint Gobain a effectué une émission obligataire à dix ans pour un montant de 750 millions d’euros avec un coupon de 3.6525 %. Cela permet au groupe de combiner allongement de la maturité moyenne de sa dette et optimisation de son coût de financement moyen.

Analyse financière

Le chiffre d’affaires du groupe a reculé en 2009 à 37.8 milliards d’euros avant de repartir à la hausse. Il n’a pas encore retrouvé son niveau d’avant crise à près de 44 milliards. Le résultat net a connu les mêmes fluctuations, il est passé de 1.4 milliard en 2008 à 202 millions l’année suivante.
Du côté des ratios financiers, la marge opérationnelle est passée de 3.28 en 2009 à 6.28 ; la rentabilité financière de 1.49 à 7.47 sur la même période et le ratio d’endettement diminue depuis 2007, il est passé de 65 à 39.16 en quatre ans.

Gouvernance

Le groupe Saint Gobain reste très centré sur la France et sur l’Europe, il y réalise 67.9 % de son chiffre d’affaires (dont 27.2 % en France). La deuxième région d’activité du groupe est l’Amérique du Nord avec 13.1 % du CA. Le groupe est donc essentiellement basé sur l’activité des pays développés et est très peu implanté dans les pays émergent, il subit donc directement la crise économique.
Les dividendes de Saint Gobain ont connu un ralentissement en 2009, passant de 2.05€ à 1€. Depuis ils reprennent de la valeur, ils sont de 1.24€ pour l’exercice 2011 et les analystes prévoit une hausse à 1.50 d’ici à 2013.

Conclusion

Saint Gobain effectue actuellement des investissements dans les pays émergents à forte croissance comme l’Inde ou l’Argentine afin de réduire sa dépendance aux pays développés. Malgré un retour de la croissance du secteur en Amérique du Nord, le chiffre d’affaire du groupe devrait ralentir en 2012.
Selon les analystes, le bénéfice par action devrait passer de 3.28 à 3.76 en deux ans, le rendement de 3.34 % à 4.03 % et le PER, qui représente la cherté de l’action, de 11.3 à 9.6 sur la même période.
Le conseil est donc à l’achat ou à la conservation de l’action avec un objectif de cours à trois mois de 41 euros.

Colin Rousselot

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *