De mauvais indicateurs font renaître la méfiance

Cours 1 EUR = 1.255 USD

Le taux spot EUR/USD est actuellement de 1.255 $. L’euro a poursuvi jusqu’au 20 juin sa tendance haussière entamée le 11 juin, il est passé de 1.246 $ à 1.274 $. Dans la journée de jeudi 21 juin l’euro a perdu de la valeur retombant à 1.255 $.

Actualités

La France a levé près de dix milliards d’euros dont 8.4 Mds en Bons du Trésor à intérêts annuels (BTAN) et 1.4 Mds d’Obligations Assimilables du Trésor (OAT) indexées à l’inflation. Le taux de référence à dix ans recul d’un point de base à 2.67 %.
Suite à la réunion du début de semaine du comité de politique monétaire américain (FMOC), la Fed a annoncé qu’elle allait prolonger de six mois une « opération Twist » à 267 milliards de dollars. Cela signifie que la Fed va vendre des titres de la dette de court terme (inférieurs à 3 ans) pour en acquérir de long terme (entre 6 et 30 ans). Le but de cette opération est de faire baisser les taux des titres de long terme et donc améliorer les conditions générales de refinancement. Le taux à dix ans est actuellement à 1.65 %.
En revanche, la Fed n’a pas annoncé d’assouplissement quantitatif (QE3) attendu par les cambistes du fait d’un coût élevé et d’un faible impact sur l’économie réelle. La Fed a par ailleurs annoncé une révision du taux de croissance pour 2012 de 2.4 % à 2 % et du taux de chômage de 7.8 % à 8 %.
Du côté des indicateurs, les chiffres du chômage hebdomadaire américain ont été publiés jeudi sans variation alors qu’une amélioration était attendue. Les nouvelles revendications s’élèvent à 387 K et les demandes d’indemnisation permanente stagnent à 3299 K. Les ventes de maisons existantes ont ralenti le mois dernier passant de 4.62 M à 4.55 M.
En Allemagne, l’indice du climat des affaires IFO recule de 1.5 point à 105.3, les perspectives des affaires reculent de 3.5 points à 97.3 et l’indice PMI manufacturier perd 0.5 point à 44.7.

Macroéconomie

L’euro continuait de prendre de la valeur face au dollar avant le discours de la Fed mercredi soir. Les cambistes anticipaient une injection de liquidité par un QE3, qui aurait dilué la valeur du dollar et le rendre ainsi moins attractif pour les cambistes. En revanche, elle a annoncé le prolongement de l’ « opération Twist » qui devait se terminer le 30 juin prochain. Les cambistes avaient déjà anticipé ce prolongement et n’ont donc pas réagi après le discours de la Fed.
Des inquiétudes concernant la Grèce et l’Espagne reviennent au premier plan. Un audit indépendant sur les banques espagnoles est en cours et une première publication sera faite ce vendredi. Le marché redoute que l’aide de 100 milliards d’euros pour les banques ne soit insuffisante. De plus, les mauvais indicateurs allemands mais surtout américains, notamment concernant l’embauche, refont naître des inquiétudes sur la reprise mondiale. Les investisseurs se tournent donc vers des valeurs refuges comme le dollar, moins risqué que l’euro.

Risque

Après les élections législatives grecques de dimanche dernier, le parti vainqueur, Nouvelle Démocratie, a formé un gouvernement mercredi dont Antonis Samaras est le Premier ministre. Cela devrait rassurer les marchés quant à la faculté du pays à trouver un consensus politique afin de sortir la Grèce du marasme économique.
De plus, différentes réunions internationales et européennes doivent se tenir dans les prochaines semaines, où les cas de la Grèce et de l’économie mondiale seront discutés.

Agenda de la semaine

D’ici à la fermeture du marché ce vendredi soir, le premier audit concernant les banques espagnoles doit être publié.
En début de semaine prochaine, le chiffre des ventes de logements neufs aux États-Unis devrait être publié en légère hausse et la confiance des consommateurs devrait perdre un point à 64. Le climat du consommateur allemand sera également annoncé.

Conclusion

Le dollar profite actuellement du regain de méfiance en Europe et sur l’économie mondiale pour reprendre de la valeur, notamment face à l’euro. Notons qu’il prend également 2 % au yen à 80.27 ¥. La Fed n’a pas annoncé d’assouplissement quantitatif mais cette opération est de plus en plus probable, le président de la Fed, Ben Bernanke, a souligné que le secteur de l’embauche serait le premier bénéficiaire si un QE3 devait avoir lieu.
L’euro devrait poursuivre son repli d’ici à la fermeture du marché ce soir d’autant plus si l’audit sur les banques espagnoles révèle de mauvaises nouvelles.

Colin Rousselot

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *