L’euro chute, les inquiétudes sur la zone euro reprennent

Recommandation : Vente de l’euro
Taux Spot : EUR/USD
Cours au 08/12/2012 : 1 EUR = 1.2928 USD

Après une hausse quasi continue de l’euro depuis le 13 novembre dernier, la tendance s’est retournée mercredi. La monnaie unique était alors à son plus haut niveau depuis le 17 octobre à 1.31 $.

Actualités

Jeudi, le président de la Banque Centrale Européenne (BCE), Mario Draghi, a fait une conférence de presse au cours de laquelle il a annoncé la maintient du taux directeur de l’institution à 0.75 %. Il a ajouté que cette décision n’avait pas été unanime, le taux pourrait donc être prochainement abaissé. La BCE a également revu à la baisse ses prévisions de croissance de la zone euro. En 2012 le recul de l’économie devrait être entre 0.4 % et 0.6 % ; en 2013 la croissance devrait être entre -0.9 % et +0.3 % (contre 0.4 et 1.4 % prévu précédemment). Cette chute brutale des prévisions entraine un recul de l’euro.
Mercredi, l’agence de notation Standard & Poor’s a placé la Grèce en situation de « défaillance partielle » alors que le pays est actuellement dans un programme de rachat de sa dette visant à débloquer l’aide de ses bailleurs de fonds. La Grèce est désormais à un cran du défaut de paiement total.
Du côté américain, les chiffres du chômage ont été annoncés nettement meilleurs que prévu. Les créations d’emploi ont été de 146000 nets et le taux de chômage atteint 7.7 % (-0.2 point) son plus bas niveau depuis décembre 2008. Les chiffres hebdomadaires du chômage sont également en baisse avec 370 000 nouvelles revendications (-25000) et 3205 K demandes permanentes (-100 K). En revanche, le sentiment des consommateurs, mesuré par l’indice Michigan, a fortement reculé à 74.5 (-8.2).
Les négociations se poursuivent entre républicains et démocrates concernant le « mur budgétaire » qui doit être mis en place en janvier si aucun accord n’est trouvé. Ce recul des dépenses publiques combinées à une hausse des impôts entrainerait une chute de l’économie américaine.

Macroéconomie

L’euro perd fortement de la valeur en cette fin de semaine du fait de la perte de confiance des investisseurs. Les déclarations de la BCE cette semaine concernant les prévisions de croissances et le taux d’intérêt directeur amènent les cambistes à s’interroger sur les perspectives économiques de la zone euro. De plus, la Grèce, au cœur des problèmes européens, vient de se voir placer en situation de « défaillance partielle » par une des principales agences de notation.
Cette baisse de l’euro est également accentuée par la reprise du dollar due à de bons chiffres du chômage outre-Atlantique, qui ramène le taux de chômage à son plus bas niveau depuis quatre ans. Des nuances peuvent toutefois être apportées : les chiffres devraient être légèrement revus à la baisse le mois prochain et beaucoup de chômeurs ont arrêté de chercher un emploi et ne font plus partie de la population active, ce qui fait mécaniquement baisser le chômage.
Toutefois, les créations d’emplois semblent s’accentuer aux États-Unis, ce qui permet au dollar de reprendre fortement de la valeur en cette fin de semaine face à l’euro, malgré une baisse du sentiment des consommateurs américains.
Parallèlement à la baisse de l’euro, les taux d’intérêt à dix ans de l’Espagne et de l’Italie repartent à la hausse à respectivement 5.45 % et 4.52 %.

Risque

La situation est toujours tendue en Grèce qui réalise actuellement un rachat de sa dette afin de pouvoir obtenir une nouvelle tranche d’aide. Malgré les accords trouvés récemment avec les créanciers concernant le déblocage de cette nouvelle tranche, le pays reste toujours au bord de la faillite, comme l’a souligné Standard & Poor’s. Les cambistes suivent toujours la situation du pays de près, une évolution négative n’est pas à exclure.

Agenda de la semaine

Les cambistes suivront le chiffre du climat économique de l’Allemagne mesuré par le ZEW, qui devrait être publié en hausse à -12 (+3.7 points). La balance commerciale des États-Unis est attendue mardi en légère baisse à -42.5 milliards de dollars. Enfin, l’indice des prix à la consommation en France et en Allemagne seront annoncés mercredi.

Conclusion

Comme nous l’annoncions précédemment, l’euro se retourne après avoir atteint un pic à 1.31 $. L’insouciance des dernières semaines est retombée et l’euro va retourner à une valeur plus réaliste. Ce retournement est dû aux prévisions en baisse de l’économie de la zone euro pour 2012 et 2013, à un possible abaissement du taux directeur de la BCE et à une forte chute du chômage américain.
Cette baisse de l’euro devrait se poursuivre encore plusieurs jours au cours de la semaine prochaine, le seuil de 1.28 $ devrait être rapidement atteint.
Colin Rousselot

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *