Lafarge : une valeur sûre pour cette fin d’année !

Le CAC 40 clôture à 3 320.71 le 30/07/2012 soit en hausse de 1.24%. Cette hausse traduit la bonne dynamique de ces derniers jours où les investisseurs ont repris confiance après l’intervention de Mario Draghi sur la situation dans l’Union Européenne. Dans ce cadre, l’action Lafarge clôture à 38.45 € et poursuit donc sa hausse des 5 derniers jours (+ 11.30%). L’action a augmenté de 15.67% depuis 1 mois et est en forte hausse depuis le début de l’année (+41.57%).

Environnement

Lafarge est leader mondial dans le secteur des matériaux de construction et l’entreprise s’est spécialisée dans trois activités : béton, ciment et plâtre. La société s’est distinguée en renforçant sa position de leader par de nombreuses acquisitions depuis les années 2000 : rachat de Blue Circle Industries (2001) et Orascom Ciment (2007) par exemple. Depuis 2011, Lafarge souhaite donner un nouveau souffle à sa politique en tournant son développement vers ses marchés et ses clients et entre donc dans une politique de renforcement plutôt qu’une politique d’expansion. Le président directeur général est Bruno Laffont et l’entreprise est détenue majoritairement par des investisseurs institutionnels étrangers (72.6%). Le chiffre d’affaire de l’entreprise, fin 2011, était de 15.284 milliards d’euros et il se répartissait à 65.3% dans les ciments et liants, 34.2% dans les granulats et bétons et 0.5% dans les produits à base de plâtre. Lafarge est présente en Europe (31%), en Afrique (25.5%), en Amérique (27.1%) et en Asie (16.4%). Elle embauchait 60 925 personnes fin 2011 et son principal concurrent est Holcim (société allemande).

Actualités

L’actualité de l’entreprise est marquée par l’annonce d’un plan de réduction des coûts en 2012. En effet, Lafarge espère récupérer 400 millions d’ici fin 2012 et 1.3 milliards d’euros d’ici 2015. Dans ce contexte, elle a annoncé le 22/06/2012, la suppression de 90 emplois et une centralisation de ses activités en Ile de France. Elle annonce le 10/07/2012, un placement privé de 175 millions d’euros sous la forme d’une émission obligataire. Cet investissement confirme la prudence de l’entreprise face à l’avenir même si à l’heure actuelle, les fermetures de sites ne sont pas à prévoir.

L’agence de notation Fitch a salué les prises de décision de Lafarge en confirmant la note BB+ de l’entreprise avec une perspective stable.

Analyse Financière

Le chiffre d’affaire de l’entreprise est en hausse de 5% par rapport à au deuxième trimestre 2011 et s’établit à 4.261 milliards d’euros. L’entreprise diminue aussi ses coûts de 100 millions d’euros et donc confirme sa motivation d’économiser 400 millions d’euros sur 2012. Le résultat d’exploitation a augmenté de 11% et le résultat d’exploitation courant de 15% : ces deux indicateurs confirment la bonne dynamique de l’entreprise depuis le début de l’année.

L’entreprise a aujourd’hui du mal à digérer la perte d’actif en Grèce et cela se traduit par des indicateurs financiers faibles. En effet, le coût de l’endettement financier (-841 000) est en nette baisse sur l’année 2011 ainsi que le résultat net (736 000). La trésorerie et équivalents de trésorerie (3 171 milliards d’euros) et les capitaux propres (18 201 milliards d’euros) sont en baisses. Enfin, les indicateurs comme la marge opérationnelle (11.01), la rentabilité financière (4.04) et le ratio d’endettement (66.12) ont clôturé en baisse fin 2011. Ces nombreux indicateurs dans le rouge confirment la nécessité d’une réorientation de la politique de l’entreprise à travers une hausse de la productivité et une baisse des coûts de production.

Gouvernance

Monsieur Bruno Laffont a confirmé vouloir éviter un plan de licenciement massif pour remettre son entreprise dans de bons rails. La nécessité d’une hausse de la productivité semble aujourd’hui le seul salut de l’entreprise car des difficultés de financement pourraient vite apparaître. Néanmoins, malgré ces difficultés, les marchés financiers font toujours confiance à cette Lafarge avec une forte hausse depuis le 1er Janvier et un prix de l’action qui clôture régulièrement dans le vert.

L’objectif à 3 mois est une action à 40 euros soit un gain possible de 4.03% ce qui ne semble pas excessif dans le climat actuel. En effet, le climat économique reste incertain mais l’entreprise est toujours leader du marché aujourd’hui. Les dividendes devraient être identiques sur 2012 à ceux de 2011 (0.50 €) et augmentés pour 2013 (1 €).

Conclusion

La juste valeur de l’action, selon Morningstar, est de 70 € soit une sous cotation de 82.05%. L’ajustement de la politique de l’entreprise visant à réduire ses coûts tout en centralisant son activité semble aujourd’hui efficace avec une économie de 100 millions d’euros au second trimestre 2012. Néanmoins, la majorité des indicateurs sont dans le rouge et donc il faudra surveiller la situation de l’entreprise au deuxième semestre. La tendance est donc aux renforcements des positions.

Maxime Rousseff

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *