G20 et FMI

Cours 1 EUR = 1.345 USD

Le taux spot EUR/USD est actuellement de 1.345 $. La tendance en fin de semaine dernière était fortement à la hausse, l’euro a pris 0.02 $ en deux jours. Lundi la tendance s’est retournée dans un marché prudent, l’euro est repassé sous les 1.34 $ avant de reprendre de la valeur depuis ce matin.

Actualités

Les ministres des Finances du G20 se sont réunis le week-end dernier à Mexico. Le renforcement du FMI et la mise en place d’un bouclier mondial contre la propagation de la crise ont été les principaux sujet débattus. Ces deux actions sont conditionnées à l’augmentation du Fonds européen de stabilité financière (FESF) et du mécanisme européen de stabilité (MES). L’Allemagne a adopté le deuxième plan d’aide à la Grèce malgré des réticences au sein du gouvernement, mais refuse d’augmenter la force de frappe de la zone euro.
Dans la nuit de lundi à mardi, l’agence de notation Standard & Poor’s a annoncé la dégradation de la note de la Grèce à SD (défaut de paiement sélectif). L’agence avait d’ors et déjà prévenue que cette note serait attribuée dès la mise en œuvre de l’accord de renoncement de créances sur la Grèce.
Du côté des indicateurs, l’indice de confiance des consommateurs allemands connaît une hausse moins forte que prévue à 6.0. En France, l’indice des prix à la production augmente de 0.6 % après avoir reculé de 0.1 % le mois dernier.
Aux États-Unis, les chiffres des ventes de logements en attentes ont été publiés ce lundi en hausse de 2 % après un recul de 1.9 % le mois dernier et un consensus à 1 %. Les ventes de logements neufs ont connu un léger repli à 321 K mais moins fort qu’attendu.

Macroéconomie

Le marché était optimiste en fin de semaine dernière permettant à l’euro de prendre de la valeur face au dollar du fait de l’accord trouvé en début de semaine sur la situation grecque. Le marché s’est apaisé durant le week-end, notamment avec l’Allemagne qui refuse d’augmenter la puissance du FESF et du MES, ce qui ne permet pas un renforcement du FMI.
L’annonce ce matin de la dégradation de la note grecque n’a pas eu d’impact sur la valeur de l’euro. En effet, cette dégradation était attendue et a donc pu être anticipée. L’euro reprend même de la valeur depuis ce matin.
L’effacement de la dette grecque à hauteur de 107 milliards d’euros devrait commencer vendredi par le biais de titre de créance d’une valeur inférieure à 53.5 %. Un quart de ces titres porterons sur le FESF à maturité maximale deux ans et le reste sera des obligations grecques entre 11 et 30 ans. Le chef de file des ministres des finances de la zone euro, Jean-Claude Juncker, à déclarer s’attendre à une forte participation.

Risque

La Commission européenne s’attend à un retour en récession pour la zone euro au premier trimestre 2012. De plus, la flambée des prix du pétrole peut également peser sur la reprise économique. Un euro trop fort n’est pas bénéfique pour l’économie de la zone, les exportations sont plus faibles.
Mercredi 29 février, la BCE effectuera une opération de prêt à trois ans auprès des banques européennes ce qui devrait augmenter les liquidités sur les marchés. La dernière opération du genre avait permis un prêt de 489 milliards d’euros en décembre dernier.

Agenda de la semaine

Les cambistes suivront donc de près le montant de cette nouvelle opération de prêt mercredi et l’effacement de la dette grecque qui débute vendredi.
Du côté des indicateurs, les commandes de biens durables aux États-Unis sont attendues en repli à 0 % après une hausse de 2.2 % le mois dernier. En revanche la confiance des consommateurs du pays devrait augmenter atteignant 63 points. Le PIB et l’indice des prix du PIB devraient rester stables à respectivement 1.8 % et 0.4 %. Le directeur de la Fed fera une intervention mercredi.
En Europe, les dépenses de consommations françaises devraient augmenter de 0.3 % après avoir reculé de 0.7 % le mois dernier. Le taux de chômage allemand est attendu stable à 6.7 % et l’indice des prix à la consommation devrait augmenter passant de 1.6 % à 1.8 %.

Conclusion

L’euro reprend actuellement sa tendance haussière après un léger recul dans la journée de lundi. Il s’installe progressivement au-dessus de la barre des 1.34 $. Le marché est calmé de son euphorie de la semaine dernière, les cambistes attendent désormais l’opération de prêt de la BCE et le début de l’effacement de la dette grecque.
D’ici là, les investisseurs resteront prudents, l’euro devrait rester au-dessus des 1.34 $ avec de faibles fluctuations. A plus long terme, l’euro devrait perdre de la valeur du fait de l’inquiétude qui pèse toujours sur les dettes européennes et sur la croissance économique prévue en récession.

Colin Rousselot

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *