L’Euro poursuit sa tendance baissière

Recommandation : Vente de l’Euro
Taux Spot : EUR/USD
Cours au 18/07/12 : 1 EUR = 1.2226 USD

Vendredi dernier, l’Euro est descendu sous la barre des 1.22 $, son plus bas niveau depuis le 29 juin 2010. Depuis une semaine, la tendance était légèrement à la hausse avant de repartir à la baisse ce mercredi.

Actualités

Mardi, le président de la Fed, Ben Bernanke, a fait une allocution au cours de laquelle il a déploré la faiblesse de la croissance économique américaine au printemps et a annoncé que les perspectives d’amélioration du chômage du pays étaient moroses. Les investisseurs attendaient une intervention sur un possible assouplissement quantitatif (QE3) qui n’a pas été évoqué et ne devrait pas survenir dans les prochains mois.

Le Fonds Monétaire International (FMI) a abaissé ses prévisions de croissance pour l’économie mondiale en 2012 à 3.5 % (-0.1 point) et 3.9 % en 2013 (-0.2 point). Pour la zone euro, la prévision reste inchangée cette année à -0.3 % mais est réduite de 0.2 point pour 2013 à +0.7 %. Le FMI déclare, en outre, que le « potentiel de croissance » des pays émergents pourrait être moins fort que prévu, il abaisse donc les prévisions de croissance pour la Chine et pour l’Inde.
L’Espagne a effectué une émission obligataire mardi jugée réussie. Elle a emprunté 3.56 milliards d’euros à échéance 12 et 18 mois avec des taux en baisse par rapport à la dernière émission du 19 juin. Le taux de référence à dix ans espagnol s’est réduit à 6.70 %, l’Italie a également bénéficié de cette émission et voit ses taux diminuer à 6.01 %.
Du côté des indicateurs économiques, l’indice ZEW du sentiment économique en Allemagne a baissé de 2.7 points à -19.6, il enregistre son troisième mois de repli consécutif. L’indice des prix à la consommation aux Etats-Unis est resté inchangé à 0.0 % après une baisse de 0.3 % au mois de mai.

Macroéconomie

Les investisseurs attendent depuis plusieurs semaines un nouvel assouplissement quantitatif de la part de la Fed pour soutenir l’économie américaine et mondiale. Cette intervention consiste en un rachat de nouveaux actifs obligataires et éventuellement des obligations d’Etat ; cela dégraderait la qualité du bilan de la Fed et donc la valeur relative du dollar. Ben Bernanke n’a pas évoqué cette possibilité, les cambistes se tournent donc vers des valeurs plus sûres que l’euro comme le dollar ou le yen (l’euro vaut actuellement 96.72 ¥, en baisse de 0.39 %).

De plus, l’indice ZEW allemand recul pour le troisième mois consécutifs et s’éloigne de sa moyenne historique de +24. Les perspectives de croissances sont revues à la baisse pour la quasi-totalité des pays et notamment ceux de la zone euro pour les deux prochaines années.

Risque

La crise de la dette qui pèse sur la zone euro n’est plus au premier plan ces jours-ci, ce qui permet à l’Espagne d’emprunter sur les marchés à des taux en baisse ; l’Italie bénéficie également de taux réduit. Les ministres des finances de la zone euro (l’Eurogroupe) se réunissent vendredi afin de discuter des modalités de mise en pratiques des accords du sommet de Bruxelles fin juin, notamment concernant les banques espagnoles. La crise de la dette va donc rapidement revenir sur le devant de la scène.

Agenda de la semaine

Les cambistes vont suivre de près la réunion de l’Eurogroupe en fin de semaine, ainsi qu’une nouvelle intervention du président de la Fed, qui ne devrait s’exprimer sur le QE3.

Du côté des indicateurs, les chiffres hebdomadaires du chômage américain sont attendus. Le nombre de nouvelles revendications devrait progresser à 365 K (+15 K) et les demandes d’indemnisations permanentes devraient rester stables à 3300 K. Les ventes de maisons existantes aux États-Unis sont attendues en hausse à 4.63 millions contre 4.55 millions le mois dernier.

Conclusion

L’Euro perd à nouveau de la valeur face au dollar du fait de mauvais indicateurs en Allemagne, de perspectives moroses de croissance par le FMI et d’un refus d’un QE3 par la Fed.

Les investisseurs se détournent de la monnaie unique, la tendance baissière qui a repris à la fin du mois de juin devrait se poursuivre dans les prochaines semaines. L’euro devrait rapidement tomber sous la barre des 1.20 $.

Colin Rousselot

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *