Euro Dollar : l’Espagne inquiète de plus en plus

Recommandation : Vente de l’Euro
Taux Spot : EUR/USD
Cours au 24/07/12 : 1 EUR = 1.2096 USD

Au cours de la semaine dernière, l’Euro est resté stable à 1.229 $. Il a ensuite perdu fortement de la valeur vendredi, cette baisse se poursuit en ce début de semaine. Il est actuellement à son plus bas niveau depuis juin 2010.

Actualités

L’Espagne est de nouveau au cœur de l’actualité. Des inquiétudes pèsent sur sa capacité à redresser ses finances sans aide extérieure. Certaines régions, comme celle de Valence, ont demandé de l’aide à Madrid qui a alloué 18 milliards d’euros dans un fonds pour les collectivités locales. Vendredi dernier, les modalités du plan de soutien au système bancaire du pays ont été adoptées, mais cela n’a pas réussi à rassurer les investisseurs. En effet, l’euro à plongé et le taux d’emprunt à dix ans a bondi à 7.56 %. Notons que c’est à ce seuil que l’Irlande et le Portugal avait demandé l’aide internationale.
Le gouvernement espagnol a annoncé vendredi que le chômage devrait atteindre 24.6 % en 2012, soit le plus élevé des pays industrialisés. Néanmoins, les perspectives sont positives, il devrait être de 23.3 % en 2014. Du côté de la croissance, le PIB devrait reculer de 1.5 % cette année puis de 0.5 % en 2013. Une croissance de 1.9 % est attendue en 2015.
L’agence de notation Moody’s a abaissé la perspective de note de crédit de l’Allemagne et du Luxembourg à « négative » du fait de la situation espagnole qui est trop importante pour ne pas être prise en compte dans les pays périphériques, selon l’agence. C’est la première des trois principales agences à abaisser la perspective de ces pays.
Du côté des indicateurs économiques, les indices de production manufacturière PMI allemand et français ont été publiés ce matin en recul de 1.5 point à 43.5 alors qu’une hausse était attendue. L’indice de la zone euro perd un point à 44.1.

Macroéconomie

L’Euro est passé pour la première fois sous sa moyenne historique de 1.2087 $, il est également à son plus bas niveau depuis onze ans face au yen à 94.35 ¥. La tendance baissière semble donc se poursuivre.
Ce mardi, la « troïka » des bailleurs de fonds (Commission européenne, Banque centrale européenne, Fonds monétaire international) se rend à Athènes afin d’identifier 11.7 milliards d’euros de coupes budgétaire pour 2013 et 2014. Selon les accords du pays, le déficit doit passer de 9.3 % du PIB en 2011 à 3 % en 2014. Pour cela, le pays doit réaliser 12 milliards d’euros de coupes en plus des 17 milliards déjà accepté par les précédents gouvernements. La « troïka » doit également évaluer si les mesures mises en place sont suffisantes pour débloquer une nouvelle tranche d’aide de 31.5 milliards d’euros sur les 130 milliards votés en février dernier.
L’Espagne se retrouve actuellement en dépression économique avec une faible croissance du produit intérieur brut et un taux de chômage important. Deux régions espagnoles ont demandé l’aide financière du gouvernement centrale (Murcie et Valence), une demi-douzaine de gouvernements régionaux pourrait demander de l’aide dans les prochaines semaines.
Le plan d’aide européen aux banques ne semble pas suffire à rétablir le pays et rassurer les marchés. Un nouveau plan d’aide, pour les finances de l’Etat, semble donc être nécessaire, mais celui-ci ne fait pas l’unanimité au sein de la communauté internationale.

Risque

Les risques de sortie de la zone euro par l’Espagne et la Grèce refont surface. Le vice-chancelier allemand et ministre de l’Economie, Philipp Roesler, a déclaré son scepticisme quant à la capacité de la Grèce à rester dans la zone euro. « Il est probable qu’elle ne soit pas en mesure de remplir ses engagements », selon lui.
Les pays de la zone devraient tout mettre en œuvre pour éviter cette possibilité en essayant tout d’abord de maintenir les taux d’emprunt des pays en difficulté à des niveaux raisonnables. Rappelons que le taux de référence à dix ans de la Grèce est de 27.9 %, celui de l’Italie à 6.35 % et l’Espagne à 7.56 %.

Agenda de la semaine

De nombreuses entreprises doivent publier cette semaine leurs résultats pour le deuxième trimestre 2012 et donc pour le premier semestre de l’année. Cela aura des conséquences sur les indices boursiers et pourrait influencer la parité Euro-Dollar.
Le président de la Fed, Ben Bernanke, effectuera un discours en fin de journée. Les chiffres américains de l’immobilier et du chômage sont également attendus. Les États-Unis doivent annoncer en fin de semaine leur croissance économique du premier trimestre.

Conclusion

L’Euro poursuit sa tendance baissière face au dollar du fait d’un regain de crainte sur l’Espagne et la Grèce. La monnaie unique devrait rapidement passer sous la barre des 1.20 $ et pourrait se rapprocher du plus bas de juin 2010 à 1.188 $. Les perspectives à moyen terme sont donc toujours à la baisse.

Colin Rousselot

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *