Croissance

La croissance (économique) est une augmentation de la production des biens et des services durant une période donnée. Celle-ci peut désigner le taux de croissance du PIB (Produit Intérieur Brut), ou du PNB (Produit National Brut). Par exemple, si celui-ci est de 1000 et passe à 1200 durant une période donnée, la croissance sera de 20%.

Détails
En fait, il s’agit de l’indice qui mesure la richesse produite à l’intérieur d’un pays, contrairement au PNB qui désigne la richesse produite par les entreprises d’un pays partout dans le monde. Par exemple si une entreprise américaine produit en France, la valeur de ce qu’elle aura produit sera comprise dans le PIB français mais pas dans le PNB. A l’inverse si une entreprise française produit en Chine la valeur de sa production sera comptabilisée dans le PNB mais pas dans le PIB Français.

Il existe plusieurs façons de calculer le PIB. Voici une façon qui permet de bien le comprendre :

On prend la somme des valeurs ajoutés (cf. Valeur Ajouté), la TVA, et les taxes car l’impôt est une richesse puisqu’il est employé pour produire des biens et des services (routes, sécurité), et les subventions (car il s’agit d’une aide de la part de l’état donc d’une richesse). Celui-ci est mesuré en dollars afin qu’on puisse le comparer aux autres Pays. On parle donc de croissance lorsque celui-ci augmente pendant une certaine période.

Cependant, il faut tenir compte de l’inflation (cf. inflation) pour calculer le PIB « réel » car celle-ci modifie notre instrument de mesure qui est la monnaie. En effet, cette monnaie est un instrument qui nous sert à mesurer une valeur si celui-ci est altérer, toute notre mesure devient inexacte. Afin de le corriger on divise le PIB calculé par l’inflation de chaque produit, durant la période donnée, de cette façon on obtient un PIB qui représente la réalité.

Limites
La limite de cette croissance, est qu’elle mesure seulement la production qui a une valeur calculable, c’est à dire quantifiable en monnaie. Elle ne tient donc pas en compte des richesses créées par des associations bénévoles puisque les gens n’y sont pas payés, et lorsqu’une catastrophe naturelle se produit celle-ci n’affectera pas le PIB. En effet elle n’est pas quantifiable en terme de richesse perdues, mais au contraire les reconstructions du à ces catastrophes augmentent le PIB. Cela montre que cette croissance n’est pas mesurée de manière optimale et ne permet pas de mesurer le progrès réel. Souvent on lui préfère l’IDH (Indice de Développement Humain) qui lui tient compte de l’éducation, de la santé, du niveau de vie et mesure mieux le progrès.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *