ArcelorMittal : une entreprise au cœur de l’actualité

L’action est à 11.05 à l’ouverture du marché le 12/06/2012 et s’inscrit dans la stabilisation du CAC 40 au-dessus des 3000 points depuis le début de semaine. L’action reste encore loin de son cours de Janvier 2012 de 17.52 € soit une baisse de 21.76% et est toujours inférieur à plus de 50% de sa valeur de Juin 2011.

Environnement

ArcelorMittal est le leader de la sidérurgie dans le monde avec une production de 100 millions de tonnes d’acier et une présence aussi bien dans les pays développés que dans les pays émergeants. Ses principaux domaines d’activités sont l’automobile, la construction, l’électroménager et l’emballage. ArcelorMittal s’est développée en utilisant la fusion acquisition c’est-à-dire en acquérant de nombreuses sidérurgies soit sous forme de filiale soit sous forme de rachat. De plus, l’entreprise utilise la recherche et développement pour améliorer ses extractions et/ou trouver de nouvelles mines considérées comme inaccessible : 1400 chercheurs, 11 laboratoires à travers le monde et un investissement de plus de 320 millions de dollar en 2011. Son chiffre d’affaire se décompose à 48.2% pour les ventes d’aciers plats au carbone, 23.1% pour ventes d’aciers longs au carbone, 8.3% pour les ventes de produits tubulaires et 20.4% pour la transformation, la distribution et le négoce d’acier. ArcelorMittal embauchait 261 000 en 2011.

Arcelor et Mittal avant leur fusion en 2006 étaient les deux plus grandes entreprises de production d’acier mais la concurrence est toujours présente : US Steel et Nucor aux Etats-Unis, Nippon Steel et JFE au Japon par exemple.

Actualités

Nous avons entendu parler de ArcelorMittal durant la période d’élection présidentielle notamment à cause du site Florange : fermeture du site ce qui risquerait d’augmenter le chômage dans la région. L’avenir du site étant toujours aussi incertain, Mr. Hollande, président de la république, a rencontré le 04/06/2012 les syndicats et le premier ministre Mr. Ayrault a annoncé vouloir conserver le site et soutenir le projet de rachat d’Ulcos (concurrent d’ArcelorMittal). L’objectif annoncé par le président directeur général, Mr. Lakshmi N.Mittal, est de recentrer son activité sur les sites les plus rentables. Dans ce cadre, ArcelorMittal a annoncé la cession de ses filiales américaines Skyline Steel et Astralloy pour 605 millions de dollars à Nucor Corporation le 18/05/2012. L’entreprise a aussi suspendu un projet de 1.2 milliards d’euros au Brésil pour manque de demande le 21/05/2012. Enfin, la cession des 19.9 millions d’euros de fonds propres détenus par ArcelorMittal dans la société Human Valin Steel en 2014 marque la volonté de concentration des dirigeants.

L’agence de notation Fitch a maintenu la note BBB de ArcelorMittal avec une perspective négative au début de l’année.

Analyse Financière

Le chiffre d’affaire 2011 est en hausse de 20,44% par rapport à 2010 et s’établit à environ 72 milliards d’euros. Le résultat opérationnel repart aussi à la hausse après une année 2009 difficile même si ce résultat reste nettement en deçà des résultats opérationnels avant la crise. En revanche le coût de l’endettement financier se dégrade de façon alarmante depuis 2007 et varie autour – 1,7 milliard d’euros même s’il faut souligner une amélioration pour 2011. Le résultat net du groupe est positif mais toujours loin des résultats avant la crise (diminution de 78.36% entre 2008 et 2011). Le CA du premier trimestre 2012 est de 17,57 milliard d’euros soit une hausse de 2.34% par rapport au premier semestre 2011.

La rentabilité financière est bonne (3.74), la marge opérationnelle est aussi dans le vert (5.21) et le ratio d’endettement retrouve son niveau d’avant crise (37.23). Néanmoins, il est nécessaire de souligner que la concentration de l’activité fait de nombreuses victimes avec une baisse d’effectif 2.68% soit une suppression de 13 000 postes.

Gouvernance

Il faudra surveiller les décisions prises concernant le site de Florange même s’il y a peu de chance que l’entreprise ArcelorMittal continue sur ce site. De plus, la poursuite de la politique actuelle pourrait faire d’autres victimes en France ou en Europe car l’heure est plutôt à la cession de filiale qu’au développement. Dans ce cadre, les dividendes apparaissent constant avec un dividende versé de 0.58 euros en 2011 et devrait être identique pour 2012 et 2013. Le rendement par action est aussi bon avec un rendement annoncé de 5.32% pour 2012 et 2013.

Conclusion

Le PER est annoncé à la baisse pour les deux années à venir : 9.11 en 2011 à 5.19 en 2013. Cependant, les principaux indicateurs sont dans le vert, hormis le coût d’endettement même si la tendance est à l’amélioration. L’objectif à 3 mois est une action à 18.76 euros soit une plus-value possible d’environ 7 euros : la tendance est donc de renforcer les positions sur ce titre.

Maxime Rousseff

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *