Analyse Vallourec

Cours = 85,57 euros

Actualités

Premier trimestre 2011, Vallourec annonce le démarrage de sa nouvelle filiale, Vallourec Umbilicals, destinée à répondre aux exigences croissantes de l’exploitation des gisements pétroliers offshore. Située à proximité de Valtimet à Venarey-Les-Laumes (France), l’usine produira des tubes soudés en acier inoxydable intégrés aux ombilicaux. Aussi, Vallourec a poursuivi ses efforts à hauteur de 873 millions d’euros : outre 407 millions d’euros consacrés à VSB (la nouvelle entité au Brésil), ses autres investissements stratégiques concernent la construction d’une nouvelle tuberie aux États-Unis, l’extension de V&M Changzhou en Chine et l’accroissement, en France, des capacités de production de tubes destinés aux centrales nucléaires.
Le Groupe s’appuie sur les atouts que sont l’intégration des sociétés récemment acquises, Atlas Bradford (USA 2008), PTCT (Indonésie 2009), et la construction d’une nouvelle usine intégrée au Brésil (2010) pour poursuivre sa croissance sur les marchés porteurs de l’énergie.

Gouvernance

Le groupe fabrique principalement des tubes de cuvelage et de forage pour les puits de pétrole et de gaz, des tubes pour les oléoducs et les raffineries, des tubes de chaudières pour les centrales de production d’électricité et des tubes pour les engins à commande hydraulique. Les clients de Vallourec dans ce domaine sont les compagnies pétrolières, les sociétés d’ingénierie ou les distributeurs. En 2010, Vallourec a réalisé 78 % de son CA sur le marché de l’énergie. En dehors des marchés de l’énergie, Vallourec fabrique également des tubes de structure utilisés dans le secteur mécanique (engins de levage jusqu’aux machines agricoles) et fournit les grands constructeurs et équipementiers automobiles en tubes et composants, principalement au Brésil. En 2010, Vallourec a réalisé 16 % de son CA dans le domaine de l’automobile et de la mécanique. Implanté depuis ses origines en France et en Allemagne, la firme poursuit son développement à l’international et occupe des positions de tout premier plan aux Etats-Unis, au Brésil, en Europe, au Moyen Orient et en Asie.
Vallourec a décidé de soumettre à l’approbation de l’Assemblée Générale du 7 juin 2011, le versement d’un dividende de 1,30 euro par action au titre de l’exercice 2010, représentant un taux de distribution de 37,3%.

Environnement

La demande mondiale en énergie est structurellement en croissance, tirée à la fois par l’évolution démographique et l’industrialisation des pays émergents. Une croissance de la demande qui génère d’importants besoins en équipement. Les énergies fossiles (pétrole, gaz et charbon) resteront prédominantes au cours des prochaines décennies, faute d’énergies de substitution. La demande de pétrole devrait donc rester soutenue, en particulier dans les transports. La demande en gaz devrait également continuer à progresser, notamment en raison de ses qualités environnementales.
Ainsi, la hausse de la demande en pétrole et gaz, à laquelle s’ajoute un phénomène naturel d’épuisement des puits en cours d’exploitation, nécessite de nouveaux forages et génère un besoin constant de renouvellement des équipements d’appareils de forage et de puits de pétrole et gaz.

Analyse financière

Vallourec prévoit une hausse de son chiffre d’affaire et de la marge brute d’exploitation au deuxième trimestre 2011, par rapport aux 1 148 millions d’euros et 203 millions d’euros du premier. Le chiffre d’affaire du premier trimestre a augmenté de 31% par rapport à celui du premier trimestre 2010. Il est passé de 877 millions d’euros à 1148 millions.
En 2010, le chiffre d’affaire de Vallourec s’est élevé à 4 491 millions d’euros, en légère progression par rapport à 2009 (4 465 millions d’euros). L’année a été marquée par un redressement spectaculaire des volumes (+25,6%), qui a cependant été pénalisé par un effet prix/mix négatif (-26,6%), dû au plein effet des baisses de prix intervenues en 2009 et à la diminution des ventes dans le domaine de l’énergie électrique. Le résultat brut d’exploitation, quant à lui, a atteint 925 millions d’euros, soit un ratio RBE/chiffre d’affaire de 20,6%, contre 22,0% en 2009. Enfin, le résultat net part du Groupe s’est élevé à 453 millions d’euros contre 518 millions d’euros en 2009.

Conclusion

Cette année, il y aura la mise en service de la nouvelle unité de tubes pour générateurs de vapeur à Montbard et de Vallourec&Sumitomo Tubos do Brasil, le nouveau complexe industriel brésilien intégrant aciérie et tuberie, dont la construction a démarré en 2007 et dont les toutes premières commandes devraient être livrées au quatrième trimestre.
La demande mondiale toujours croissante en pétrole et la découverte de nouveaux gisements assurent à Vallourec l’obtention de nouveaux marchés. Ainsi, le potentiel de l’action sur les trois mois à venir est important et la valeur pourrait dépasser les 100 euros. Cependant, des indicateurs techniques indiquent une baisse à venir à court terme. Il faudrait donc rester sur une observation attentive de la valeur avant de se positionner à l’achat.

Paul Hirel
Vanessa Dreyer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *