Analyse Forex Livre Sterling Dollar

Le 20/07/2011
1 livre sterling = 1,6133 USD

Le GBP/USD affiche une hausse de 0.1% à 1.6133 $ en ce début de journée.

Actualités

Barack Obama a apporté, mardi, son soutien à un nouveau plan de réduction des déficits visant à éviter aux Etats-Unis de faire défaut sur le remboursement de leur dette. Ce plan est proposé par un groupe constitué de sénateurs démocrates et républicains. Malgré tout, une baisse de notation des Etats-Unis n’est pas à exclure, a annoncé mardi l’agence Moody’s. De plus, le Fonds monétaire international (FMI) a prévenu, mardi, que la crise de la dette européenne pourrait avoir un impact majeur sur l’économie mondiale si elle n’était pas réglée rapidement.
Aussi, alors que la crise de la dette menace la zone euro de contagion, les banques ont un peu plus de mal à se financer à court terme. Elles ont davantage recours aux prêts de la Banque centrale européenne (BCE). Néanmoins, les tensions ne sont pas aussi fortes qu’en 2008.
La généralisation des dettes souveraines sur les deux rives de l’Atlantique joue clairement en faveur du métal jaune. C’est la première fois de l’histoire du marché des métaux précieux de Londres, la référence mondiale pour les échanges physiques, que l’once dépasse la barre des 1.600 dollars.
Enfin, sur le marché des matières premières de New York, les contrats sur le pétrole à échéance pour septembre se sont échangés à 98.81 USD le baril en début de séance européenne, gagnant 0.8%. Sur le plan macroéconomique, les très bons résultats du secteur de l’immobilier ont accentué le mouvement haussier. En effet, l’immobilier étant le secteur le plus touché par la crise, tout signe de reprise de ce marché est un stimulant pour la reprise économique et les marchés pétroliers.

Macroéconomie

Selon les chiffres officiels dévoilés ce mardi, le nombre des nouveaux permis de construire délivrés aux Etats-Unis a augmenté en juin. Dans son rapport, le bureau des recensements du pays a, en effet, indiqué qu’il avait gagné 2.5% pour le mois, se situant à 620 000 contre 610 000 lors du mois précédent. Les experts s’attendaient à le voir décliner de 2.3% vers 600 000. Aussi, les achats internationaux de capitaux de trésorerie américains ont augmenté en mai à un rythme inférieur aux prévisions. En effet, les achats nets de bons à long terme avaient totalisé 23.6 milliards de dollars américain au cours du mois, soit nettement moins que les 48.4 milliards attendus.

Analyse théorique et risque

Les matières premières sont à l’honneur en ce moment. En effet, l’once d’or a dépassé les 1600 dollars pour la première fois. La crise des dettes souveraines en zone euro, les négociations toujours infructueuses sur le plafond de la dette publique aux Etats-Unis et les tests de résistance bancaires européens ont peiné à rassurer les épargnants sur la qualité des actifs libellés en euro et dollars.
A noté que les presque 15 000 milliards de dette américaine sont détenus par de nombreux pays comme la Chine mais les Etats-Unis, eux-mêmes, restent le plus gros détenteur de titres de dette américains. En effet, le Trésor américain a dû emprunter ces centaines de milliards de dollars. Or, les gros pays qui finançaient la dette américaine jusqu’à présent ont beaucoup diminué leurs achats compte tenu de la situation. Les ménages américains ont absorbé une partie des dépenses mais cela n’a pas suffit. Dès lors, la Fed est venue prêter au Trésor américain qui est ainsi devenu le plus gros détenteur d’emprunts d’État américains. On peut se demander, à présent, si les différents Quantitative Easing n’ont pas servi à maintenir les taux bas aussi pour ne pas alourdir les créances de la FED. Cette dernière est en bien mauvaise posture, c’est pourquoi le dollar est boudé pour d’autres valeurs plus sûres comme les matières premières.

Agenda de la semaine

A 16h, les marchés prendront connaissance d’un nouveau chiffre sur l’immobilier américain avec les ventes de logements existants qui devraient ressortir en hausse de 1,9% contre -3,8% le mois dernier.
La communauté financière surveillera, aujourd’hui, la publication au Royaume Uni à 10h30 du compte rendu de la réunion du comité de politique monétaire (Minutes) attendu par le consensus des analystes à 2-0-7. Cette nuit, sera annoncé un indicateur de confiance des consommateurs britanniques, prévu à 49 contre 55 le mois dernier.
Demain matin, les chiffres des ventes au détail au Royaume-Uni seront publiés et le consensus prévoit une hausse de 2 points de base, passant ainsi de -1,4% le mois dernier à 0,6% à venir. Dans ce cas, la livre sterling pourrait atteindre les 1,6160 dans l’après-midi.
Du côté des Etats-Unis, comme tous les jeudis, nous connaitrons les chiffres du chômage, prévus à la hausse pour cette semaine.

Conclusion

Le billet vert a cédé quelques pouces de terrain à la livre sterling aujourd’hui, le GBP/USD arrachant 0.1% pour se hisser à 1.6133. Le compte-rendu de la réunion de juillet du comité directeur de la Banque d’Angleterre, divulgué au cours de la matinée, avait indiqué que ses membres avaient voté à sept voix contre deux en faveur du maintien des taux à 0.5%.
Le dollar américain devrait continuer sa baisse face à la livre en cette fin de semaine. Les données techniques et l’aversion modérée par les investisseurs pour la devise américaine devraient, en effet, profiter à la livre qui pourrait dépasser les 1,6160 d’ici à demain.

Paul Hirel
Vanessa Dreyer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *