Analyse Forex Euro Dollar

Le 08/07/2011
1 euro = 1.4249 USD

L’euro était en légère baisse vendredi face au dollar, alors que les investisseurs se montrent prudents avant la publication du rapport sur l’emploi aux Etats-Unis attendu dans l’après-midi.

Actualités

Le nombre de personnes ayant déposé une demande d’allocations chômage aux Etats-Unis au cours de la semaine dernière a diminué plus que prévu. En effet, on prévoyait une baisse de 432K à 420K et nous avons obtenu 418K. Les demandes de chômages au mois de mai (2184K) ont été supérieures vis-à-vis du mois de juin (2129K). En outre, les prévisions du taux de chômage pour juin à 9,1% (le même que mai) risquent d’être au-delà du taux annoncé cet après-midi.

Macroéconomie

Jeudi, l’euro avait progressé suite au relèvement par la Banque centrale européenne (BCE) de son taux directeur à 1,50% afin de contrer l’inflation, largement au-dessus de 2% en glissement annuel depuis plusieurs mois en zone euro. De plus, la BCE va permettre aux banques portugaises de continuer d’offrir des obligations de leur pays comme garanties lorsqu’elles lui empruntent de l’argent, même si ces titres sont désormais très mal notés par Moody’s. Le Portugal est, en effet, sous pression depuis quelques jours suite à l’abaissement de sa note par l’agence financière Moody’s qui a placé le pays dans la catégorie des investissements « spéculatifs ». En Grèce, les derniers chiffres ont montré que l’inflation s’est stabilisée à 3,3%. De plus, le FMI va annoncer dans la journée le déblocage de 3,3 milliards d’euros d’aide dans la poursuite du plan de sauvetage.

Analyse Théorique et risque

En relevant son principal taux directeur d’un quart de point pour la deuxième fois depuis le début de l’année, la BCE a montré qu’elle se préoccupait, en priorité, de l’ensemble de la zone euro. En théorie, ce relèvement de taux devrait attirer les capitaux étrangers car le rendement des investissements devient meilleur. De plus, les Etats-Unis maintiennent leur taux très bas depuis plusieurs mois, ce qui rend les actifs américains moins attractifs. Aussi, pour investir en Europe, les agents vont convertir leur devise en euros. La demande d’euros va donc augmenter et la devise européenne va vite prendre de la valeur. Néanmoins, la hausse du taux directeur avait été anticipée, c’est pourquoi cette information fut immédiatement répercutée sur les prix (ici le taux de change) et les effets en furent atténués. Ainsi, une information non anticipée a toujours plus d’impact sur les marchés.

Agenda

En plus du taux de chômage américain du mois de juin, le salaire horaire moyen sera publié en début d’après-midi. Ce dernier est prévu à 0,2% contre 0,3% le mois dernier. Si le salaire moyen est moindre, les agents consomment moins et la monnaie peut se déprécier légèrement.
Mardi, la balance commerciale pour le mois de juin sera connue. S’il y a eu plus d’exportations que le mois de mai, le dollar pourrait s’apprécier dans l’après-midi.
Le solde de la balance du Budget Fédéral, qui mesure la différence de valeur entre le revenu du gouvernement fédéral et les dépenses au cours du mois donné (revenu moins les dépenses), sera publié mercredi. Enfin jeudi, les chiffres de ventes au détail ainsi que l’IPP seront annoncés.

Conclusion

Le dollar s’apprécie face à l’euro depuis 4 jours. L’euro a en effet chuté passant de 1,4554 (ce lundi) à 1,4251 USD en trois jours pour remonter à 1,4366 hier suite à l’annonce du relèvement du taux directeur européen. Depuis, le dollar a repris sa course en avant et le taux spot EUR/USD s’est stabilisé au dessus des 1,4245 en attendant l’annonce du taux de chômage américain. Ce dernier devrait baisser contrairement aux attentes et le taux, dépasser les 1,4240 dans l’après-midi.

Paul Hirel
Vanessa Dreyer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *