Analyse EDF

Actualités
Vendredi 30 juillet 2010, numéro un français de la production, de la commercialisation et de la distribution d’électricité et un des leaders sur le marché de l’énergie en Europe, EDF, a publié ses résultats et son chiffre d’affaires du premier semestre 2010, au-dessus des attentes. En effet, le géant de l’électricité EDF a publié un chiffre d’affaires en hausse de 7.7% à 37.51 milliards d’euros sur le premier semestre 2010, et un résultat net part du groupe de 1.7 milliards d’euros contre 3.1 milliards d’euros au premier semestre 2009. En France, le chiffre d’affaires d’EDF s’élève à 18.9 milliards d’euros, en croissance de 3.2% par rapport au 1er semestre 2009, portée par 3.3 points liés à la progression des ventes d’électricité. En outre, Ebitda du Groupe s’élève à 10.4 milliards d’euros au premier semestre 2010, soit une croissance de 4.4%.

Lundi 15 novembre 2010, le Groupe dévoilera son chiffre d’affaires du troisième trimestre 2010.

Environnement
Selon le rapport mensuel du Réseau de transport d’électricité (RTE), la consommation française d’électricité a progressé de 2.3% en juillet à période comparable, grâce au recours accru aux climatiseurs en raison de températures particulièrement élevées. Les analystes indiquent que la production d’électricité a augmenté de 10.8% en juillet, avec la hausse de la production nucléaire, thermique et hydraulique, permettant à EDF d’exporter davantage. Quand au principal concurrent du Groupe, GDF Suez, il a enregistré un Ebitda à 8.2 milliards d’euros en hausse de 4.3%, et un résultat net part du groupe à 3.6 milliards d’euros en croissance significative de 9.3%. Le chiffre d’affaires est quant à lui stable par rapport au premier semestre 2009, avec 42.3 milliards d’euros en légère hausse de 0.3%.

Analyse Financière
D’après les données financières du Groupe, le chiffre d’affaires est en progression sur ces cinq dernières années, par contre le résultat net est en hausse depuis seulement deux ans. On constate également que le BNPA n’est pas très linéaire même s’il se maintient à des niveaux satisfaisants. Rappelons que la hausse du chiffre d’affaires du Groupe était principalement liée aux acquisitions de SPE et de CENG, aux Etats-Unis l’an dernier. L’endettement financier net du groupe est de 44.1 milliards d’euros au 30 juin 2010, soit une hausse de 1.6 milliard d’euros par rapport au 31 décembre 2009, principalement attribuable aux effets de change sur la livre sterling. L’impact de change a fait croître le montant de l’endettement financier net de 1.4 milliard d’euros. Le ratio d’endettement financier net sur Ebitda est stable par rapport au 31 décembre 2009 à 2.5.

Gouvernance
Le chiffre d’affaires par activité se répartit en quatre principaux groupes, à savoir : production et vente d’électricité et de gaz naturel, gestion de réseaux de distribution d’électricité basse et moyenne tension, gestion de réseaux de transport d’électricité haute et très haute tension et prestations de services énergétiques. La politique de distribution des dividendes est définie par le Conseil d’administration, en prenant en compte les besoins d’investissements du Groupe, le contexte économique et tout autre facteur jugé pertinent. Rappelons que le Conseil d’administration, réuni le 10 février 2010, avait décidé de proposer à l’Assemblée Générale des Actionnaires le versement d’un dividende de 1.15 euros par action au titre de l’exercice 2009. Quant à l’évolution du dividende EDF, entre 2004 et 2009, il est passé de 0.23 euro à 1.15 euros ce qui correspond à une augmentation de 38% par an, un bon rythme pour un investisseur de long terme.

Conclusion
Les résultats du premier semestre permettent au Groupe EDF de confirmer ses objectifs financiers pour 2010, et le Groupe bénéficie d’une position concurrentielle assez solide sur ses secteurs d’activité.

D’un point du vue graphique, la tendance journalière est baissière sur le mois d’août. Ce matin, le titre était en hausse, une hausse entamée depuis vendredi. Cet après-midi, le titre EDF a suivi une tendance inverse, en effet, il a baissé en passant d’un plus haut à 32.335 à un plus bas à 31.815. A titre indicatif, le titre évolue en sous de sa moyenne mobile à 50 jours, depuis 19 août. De notre côté, nous proposons l’achat du titre de la société EDF, avec un objectif de cours de 45.40 euros, soit un gain de 42.05% par action, par rapport à sa clôture du lundi.

L’action a clôturé lundi en baisse de -0.28% à 31.960 euros, par rapport à sa clôture de la veille 32.050 euros.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *