Analyse Bouygues

Actualités
Mardi 31 août 2010, le groupe Bouygues, présent à la fois dans le BTP, les médias et les télécoms, a publié ses résultats et son chiffre d’affaires du premier semestre 2010. Au premier semestre 2010, le chiffre d’affaires du Groupe est meilleur qu’attendu et s’établit à 14.7 milliards d’euros, en retrait de 1% par rapport au premier semestre 2009 et de 2% à périmètre et change constants. Le résultat opérationnel ressort à 698 millions d’euros en baisse de -10% et le résultat net à 532 millions d’euros en baisse de -3%. La structure financière est très saine, avec un endettement net dans la continuité de l’amélioration constatée à fin décembre 2009.

Mardi 9 novembre 2010, le Groupe dévoilera son chiffre d’affaires des neuf premiers mois 2010 et jeudi 2 décembre 2010, il dévoilera ses résultats sur la même période.

Environnement
Le Groupe est diversifié autour de trois pôles d’activités, à savoir : la construction, les prestations de télécommunications et les médias. Bouygues Telecom, qui est le principal contributeur à la rentabilité de Bouygues, a connu une légère érosion de son résultat opérationnel au premier semestre, à 409 millions d’euros, pour une progression de 4% du chiffre d’affaires, à 2,7 milliards. Rappelons que la filiale télécoms de Bouygues a été la première à lancer en France une offre quadruple play : téléphone fixe, internet, télévision et mobile, en mai 2008, sous le nom d’Ideo. Mais la concurrence continue de s’intensifier dans le secteur, avec notamment le démarrage d’une offre similaire de l’opérateur historique France Télécom le 19 août.

Analyse Financière
D’après les données financières du Groupe, le chiffre d’affaires et le résultat net du Groupe sont en baisse depuis deux ans. La marge opérationnelle et la rentabilité financière sont en baisses également. Pour sa structure financière du Groupe, Bouygues précise qu’au 30 juin 2010, l’endettement net du Groupe s’établit à 4.2 milliards d’euros, en baisse de 2.1 milliards d’euros par rapport au 30 juin 2009. Quant aux capitaux propres, ils atteignent 9.9 milliards d’euros, avec une hausse de 1.2 milliards d’euros, en plus d’un ratio d’endettement qui ressort en hausse de 29 points, à 43%. Ainsi, le ratio endettement net sur fonds propres est passé de 72% à 43%, un niveau très satisfaisant, notamment pour un groupe fortement présent dans la téléphonie. Enfin, le cash flow libre s’élève à 590 millions d’euros, un chiffre stable par rapport au premier semestre 2009, soit 4% du chiffre d’affaires, un bon chiffre pour Bouygues.

Gouvernance
Le Groupe est très peu internationalisé, en effet la répartition géographique du chiffre d’affaires est la suivante : France (69.1%), Europe (15.4%), Amérique du Nord (6.2%), Amériques (0.6%), Afrique (4.5%), Asie-Pacifique (3.3%), Moyen Orient (0.5%) et Océanie (0.4%). La principale stratégie du Groupe est d’augmenter son chiffre d’affaires annuel. A noter que, le chiffre d’affaires est meilleur qu’attendu au premier semestre avec 30.4 milliards d’euros, contre 30.1 milliards d’euros annoncés en juin 2010. Pour sa politique monétaire, nous constatons qu’entre 2001 et 2009 , le dividende Bouygues est passé de 0.36 à 1.6 euros par action, ce qui constitue une augmentation de 18.02% par année, c’est un très bon chiffre. Par ailleurs, le dividende a augmenté chaque année, et a été versé chaque année depuis 10 ans au moins.

Conclusion
Le premier semestre 2010 confirme la capacité de réaction et d’adaptation du Groupe dans chacun de ses métiers. Fort d’une structure financière solide, Bouygues souhaite saisir les opportunités de croissance de ses marchés.

D’un point du vue graphique, la tendance du jour a été haussière, passant d’un plus bas à 31.390, ce matin à un plus haut à 32.245 vers 16h00. La tendance journalière est baissière depuis 15 avril 2010, date à laquelle, le titre évoluait aux alentours de 40 euros. A titre indicatif, depuis une semaine le titre évolue en sous de sa moyenne mobile à 50 jours. De notre côté, nous proposons l’achat du titre de la société Bouygues, avec un objectif de cours de 40 euros, soit un gain de 24.86% par action, par rapport à sa clôture du mardi.

L’action a clôturé mardi en rempli de -0.05% à 32.035 euros, par rapport à sa clôture de la veille 32.050 euros.

La filiale télécoms de Bouygues a été la première à lancer en France une offre « quadruple play » – téléphone fixe, internet, télévision et mobile – en mai 2008, sous le nom d’Ideo.

La concurrence continue toutefois de s’intensifier dans le secteur, avec notamment le démarrage d’une offre similaire de l’opérateur historique France Télécom le 19 août.

1 comment for “Analyse Bouygues

  1. Christophe
    22 octobre 2010 at 10h10

    Très bonne analyse, mais il manque un sujet fondamental pour cette entreprise du CAC: la peur des investisseur d’un groupe trop généraliste, qui devrait être découper pour notamment séparer la construction des médias/telecoms.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *