L’Allemagne rassure

Cours 1 EUR = 1.3035 USD

Le taux spot EUR/USD est actuellement de 1.3035 $. Le cours a chuté au cours de la semaine dernière entraînant l’euro à son plus faible niveau face au dollar depuis 16 mois, à moins de 1.29 $. Depuis la réouverture des marchés mardi, l’euro a repris de la valeur repassant la barre des 1.30 $. Il perd à nouveau de la valeur depuis ce matin.

Actualités

La France et l’Allemagne ont annoncé la tenue d’une réunion entre le président et la chancelière le 9 janvier afin de préparer le prochain conseil européen du 30 janvier.
Du côté des indicateurs, le taux de chômage allemand a reculé à 6.80 %, son plus bas niveau depuis 1991. En décembre le nombre de chômeur a baissé de 22 000. Les indices PMI manufacturier, qui mesurent le niveau d’activité des directeurs d’achats dans le secteur manufacturier, en France et en Allemagne ont été publiés lundi en faible hausse alors qu’une stagnation était prévue. En revanche, les dépenses de consommation en France annoncées ce matin pour le mois de décembre sont négatives à -0.10 % alors que le consensus attendait +0.30 %.
Aux États-Unis, l’indice de fabrication ISM est passé de 52.7 à 53.9 durant le mois de décembre alors qu’une hausse à 53.2 était attendue. Cela confirme la tendance à l’amélioration dans le pays.

Macroéconomie

L’euro a repris de la valeur en ce début de semaine avec le retour de tous les opérateurs sur le marché. Les bons chiffres de l’économie de l’Allemagne et l’annonce d’une rencontre entre la France et l’Allemagne ont permis de rassurer les marchés. Les indicateurs positifs aux États-Unis et la tendance à l’amélioration dans ce pays ont redonné le goût du risque aux investisseurs. En effet, le dollar est considéré comme une valeur refuge et l’euro est un actif risqué. Ces deux éléments ont permis une nouvelle hausse de l’euro.
Néanmoins, le poids qui pèse sur l’Europe est important et les investisseurs restent prudents et l’embellie de l’euro est pour le moment limitée. La devise européenne est repassée au-dessus des 1.30 $ pour la première fois depuis le 28 décembre et au-dessus des 100 ¥, valeur la plus faible atteinte depuis 10 ans.
La situation de l’Italie continue d’inquiéter les cambistes. Malgré un taux de prêts à 10 ans en dessous de la barre des 7 % lors de l’émission obligataire durant la semaine dernière, ce taux reste très élevé. Une aide internationale, du FMI, est envisagée pour ce pays.
De plus la dégradation de note souveraine de pays de la zone euro semble de plus en plus probable.

Risque

L’euro a d’ors et déjà perdu plus de 10 % de sa valeur lors des six derniers mois. Les analystes prévoient que la monnaie européenne descende vers le seuil des 1.20 $ dans les prochains mois. La tendance baissière devrait donc se poursuivre.
La menace sur les notes souveraines est de plus en plus présente, les agences de notation devraient annoncer leurs conclusions dans les prochains jours. Une dégradation de la note de certains pays semble désormais inévitable notamment pour l’Italie ou la France, la troisième et la deuxième puissance de la zone. Le rapport sur la France par l’agence Moody’s devrait être rendu autour du 16 janvier.

Agenda de la semaine

L’indice des prix à la consommation dans la zone euro pour le mois de décembre sera publié dans la journée de ce mercredi. Il est attendu en légère baisse à 2.80 % contre 3 % pour le mois dernier. Après une forte baisse de 6.20 % au mois de novembre, les nouvelles commandes industrielles de la zone sont attendues en hausse à 2.50 %. Le taux de chômage devrait rester à 10.30 % et les ventes au détail baisser de 0.30 % après une hausse de 0.30 % le mois dernier.
Du côté américain, les chiffres du chômage seront annoncés jeudi. Les nouvelles inscriptions devraient baisser passant de 381 K à 375 K ; les demandes d’indemnisations permanentes de 3601 K à 3573 K. Le taux d’emplois non agricoles, qui détermine le changement du niveau des personnes employées durant le dernier mois, devrait passer de 206 K à 175 K. L’indice ISM des services est attendu en hausse de 52 à 53.

Conclusion

Le marché revient à la normale après les fêtes de fin d’année avec le retour de tous les opérateurs sur les marchés. L’euro a rattrapé la chute de la semaine dernière mais les inquiétudes pèsent toujours sur la zone euro. L’état de l’Italie et des notes souveraines des pays de zone sont suivi de près par les cambistes.
Les indicateurs publiés les prochains jours sont plutôt en faveur des États-Unis, si la zone euro ne parvient pas à rassurer les marchés la valeur de l’euro risque de baisser et de passer une nouvelle fois sous la barre des 1.30 $.

Colin Rousselot

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *