Veolia Environnement : restructuration en cours pour rassurer les investisseurs

Recommandation : Neutre
Cours au 10/07/12 : 9.031 €

Depuis le milieu du mois de mars, l’action Veolia a perdu plus de 30 % de sa valeur, elle valait alors près de 13 euros. Le titre est actuellement à son plus bas niveau depuis le 20 février dernier.

Environnement

Veolia Environnement est le leader mondial des prestations de services liés à l’environnement. La principale activité du groupe est liée à l’eau, représentant 42.6 % du chiffre d’affaires (CA), par la distribution ou l’assainissement. Le deuxième pôle de la société est la prestation de services de propreté (32.8 % du CA), viennent ensuite les prestations de services énergétiques (24.6 % du CA).
La filière propreté de Veolia dépend fortement de l’activité économique et de la demande de recyclage des matières premières. De plus, de nombreux prix sont fixés par les autorités publiques et le contexte de réductions budgétaires des Etats européens maintient la pression sur ces tarifs. Les activités liées à la propreté et à l’eau sont fortement consommatrices de capitaux. Dans ce secteur, les sociétés sont profondément endettées et dépendent donc de l’évolution des taux d’intérêt.

Actualités

L’action Veolia Environnement était considérée comme défensive et en pleine croissance, hors depuis plusieurs années le titre a fortement perdu de la valeur et est actuellement en restructuration. Le groupe Veolia effectue un recentrage stratégique autour de trois principaux pôles d’activité que sont l’eau, la propreté et les services à l’énergie. Afin de réduire son endettement, Veolia a décidé de céder pour cinq milliards d’euros d’actifs et de réduire en dessous de douze milliards d’euros son endettement financier net.
Le 28 juin, Veolia a conclu avec Rift Acquisitions Limited la cession de sa filiale eau régulée au Royaume-Uni. Cette opération permet un désendettement net de 1.45 milliards d’euros.
Le broker UBS a abaissé sa perspective de « neutre » à « vente » le 5 juillet, après une baisse intraday de plus de 6 %. Bien que l’action ait progressé de 20 % depuis le début de l’année, le bénéfice par action recul de 20 %, souligne UBS.
Le 14 juin dernier, la filiale de Veolia et d’EDF, Delka, a obtenu un contrat avec le parlement européen pour la gestion technique et énergétique de son patrimoine immobilier. Cette même filiale a remporté un appel d’offre international, concernant la deuxième agglomération de Roumanie. Ce contrat porte sur l’exploitation du réseau du chauffage urbain de la ville pour les vingt prochaines années.

Analyse financière

Le chiffre d’affaires de Veolia est resté globalement stable à 35 milliards d’euros entre 2008 et 2010 avant de chuter à 29.6 milliards d’euros en 2011, en dessous de son niveau de 2007. Pour le premier trimestre 2012, la baisse se poursuit avec un chiffre d’affaires perdant 4.1 % en glissement annuel à 7.826 milliards. Le résultat net est, quant à lui, passé de 580 millions d’euros en 2009 et 2010 à -489 millions en 2011. Le résultat opérationnel récurrent est de 543,5 millions d’euros au premier trimestre 2012 soit une baisse de 12,1 % à change constant.
Du côté des ratios, l’endettement a bondi de 11.1 % en 2011 atteignant 155.06. La marge opérationnelle perd près de 50 % à 3.43 et la rentabilité financière passe de 8 en 2010 à -3.22 en 2011.

Gouvernance

Le groupe effectue l’essentiel de son activité en Europe avec 38.7 % du CA en France, 9.2 % en Allemagne, 8.2 % au Royaume-Uni et 18.7 % dans le reste de l’Europe. Il est également présent dans le reste du monde : Etats-Unis (7.7 %), Asie (6.4 %), Océanie, Moyen-Orient et reste du monde.
Jusqu’en 2007 les dividendes connaissaient une croissance régulière, ils ont ensuite stagné durant quatre ans à 1.21 euros avant de retomber à 0.70 € cette année, valeur de 2004. Les dividendes de 2012 pourront être versés en nouvelles actions, le groupe a annoncé la création de 2 433 889 actions nouvelles.

Conclusion

Veolia est actuellement en phase de restructuration et de recentrage auprès des principales activités, après un ralentissement de son activité en 2011. Des cessions d’actifs sont en cours mais cela ne semble pas suffire à rassurer les investisseurs. Les perspectives des brokers sont revues à la baisse et le titre se rapproche de son plus bas niveau à 8.08 € de décembre 2011.
La situation devrait se reprendre doucement dans les prochaines années mais les dividendes et le rendement devraient rester stable en 2012 et 2013.
Le conseil est donc à la conservation de l’action en attendant les résultats du premier semestre 2012.

Colin Rousselot

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *