Moody’s, du doute à la menace du Japon

1 dollar = 80,82 yens

La paire USD/JPY est montée jusqu’à 80.88 en fin de séance asiatique, son cours le plus élevé depuis le 16 juin, puis s’est stabilisée vers 80.75, prenant 0.41%.

Actualités
Aux Etats-Unis, 429 000 nouvelles personnes se sont inscrites à l’assurance-chômage la semaine dernière soit 19 000 de plus que les prévisions des analystes. Le nombre de logements neufs vendus est descendu à 319K contre les 310K envisagés. Les commandes principales de biens durables sont passées de -0,4% à 0,6% alors que le consensus attendait une hausse d’au moins 1%. Enfin, les actions monétaires de la FED peinent à relancer la consommation.

Macroéconomie
Aujourd’hui Moody’s a déclaré que l’incapacité du gouvernement japonais à respecter la date-butoir du 20 juin, qu’il s’était lui-même fixé pour présenter un plan budgétaire à long terme, est susceptible de nuire à la qualité du crédit du pays. La dette du Japon est deux fois plus importante que son produit intérieur brut, mais elle est détenue à 95% par des investisseurs nationaux, ce qui permet au pays d’éviter les lourdes difficultés que connaît la Grèce.

Le président de la FED s’est montré, pour sa part, peu optimiste sur la santé économique mondiale lors de son discours tenu jeudi soir. Le PIB américain a progressé de seulement 1,8% sur le premier trimestre de l’année en rythme annualisé, insuffisant pour réduire le taux de chômage du pays. Néanmoins, Ben Bernanke a confirmé que son programme de rachats d’actifs permettant de soutenir l’activité économique du pays se terminerait à la fin du mois.

Analyse théorique et risque
Le gouvernement japonais cherche à réduire activement son déficit par la hausse des impôts, notamment la taxe sur la valeur ajoutée. Une hausse du taux d’imposition implique une hausse générale des prix. En effet, les commerçants et industriels sont contraints de pallier leur manque à gagner en vendant leurs produits plus chers. Or, les revenus des habitants de l’archipel restent les mêmes. Leur pouvoir d’achat va donc se dégrader dans un contexte macroéconomique déjà fragile depuis la catastrophe. Ainsi, la consommation va se contracter, l’offre sera supérieure à la demande et les industries devront réduire leurs productions. Les investissements au Japon seront moins attractifs et le yen pourra se déprécier.

Agenda
En début d’après-midi seront publiés les chiffres sur les dépenses personnelles aux USA. Les prévisions annoncent une baisse de 25%. Le yen pourrait en profiter, d’autant plus que les chiffres concernant la production industrielle japonaise, publiées mercredi, sont annoncés à la hausse ainsi que les ventes aux détails qui passeraient de -4,8% à -2,2%.

L’indice de confiance des américains dans l’économie est attendu demain. Le mois dernier, alors que le consensus prévoyait une légère hausse, l’indice est passé de 66,0 à 60,8. Si cet évènement se reproduit, le dollar pourrait perdre de la valeur face au yen. Jeudi, les demandes d’allocations chômages seront publiées comme chaque semaine. Enfin, le taux de chômage au Japon ainsi que le Tokyo Consumer Price Index (CPI) qui reflète les changements de prix des biens pour les consommateurs seront connus vendredi. Ce dernier devrait augmenter.

Conclusion
Le yen devrait reprendre de la valeur dans l’après-midi face au dollar et continuer jusqu’à demain, suite aux annonces à venir qui lui seront plus favorables. Le dollar restera néanmoins au-dessus des 80,20 yens. Puis, le dollar pourrait repartir à la hausse car il profite toujours des conséquences de la crise grecque sur l’euro.

Il devrait cependant rester sous les 80,90 qu’il n’a pas dépassé depuis 10 jours.

Vanessa Dreyer et Paul Hirel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *