Crédit Agricole SA : l’incertitude pèse malgré de bons indicateurs

Le CAC 40 poursuit sur sa lancée depuis 3 jours avec une hausse de 9 % sur une semaine malgré les mauvais résultats de croissance chinoise et des USA ainsi que les annonces de Jean-Marc Ayrault, premier ministre français, qui laisse perplexe sur la capacité des français a géré sa dette. Dans ce contexte, l’action Crédit Agricole enregistre une hausse de 15.10% sur la dernière semaine pour s’établir à 3.719 € et une hausse de 26.80% depuis un mois. Néanmoins, l’action reste loin de ses valeurs du début d’année où l’action était 5.71 (baisse de 13.42%).

Environnement
Le Crédit Agricole est une banque universelle française qui a développé son activité en récoltant l’épargne des caisses locales et régionales. Elle fait aujourd’hui parti des grandes banques françaises et est considérée le leader de la banque de détail en Europe. Elle possède aujourd’hui 11 600 agences dans le monde et plus de 54 millions de clients. Depuis la crise, le Crédit Agricole s’est engagé dans la croissance responsable en réduisant ses activités de finance de marché (tout du moins en fonds propres) et en axant sa politique sur le développement durable et la lutte contre la pauvreté. Son chiffre d’affaire se répartie à 32% dans la banque de détail, 25.3% dans la banque de financement, 24.4% dans la gestion d’actifs et 18.3% dans la prestation de services financiers spécialisés. Son chiffre d’affaire est caractéristique des banques universelles avec des métiers très diversifiés et l’entreprise est aussi considérée comme une banque « Too Big To Fail ». Son activité est principalement basée en France (53.4%) et en Europe (34.5%) et embauche 87 451 personnes.

Les concurrents du Crédit Agricole sont les grandes banques françaises : Banque Populaire et Caisse d’Epargne (BPCE), Société Générale et BNP Paribas. Elle a un profil similaire à la BPCE mais se distingue de la Société Générale et de BNP Paribas par son caractère très européen et une activité de marché plus faible que ces deux banques.

Actualités
L’actualité de la banque est marquée par l’abaissement de sa note par Moody’s le 22/06/2012 de deux points reprochant notamment sa dépendance au financement de court terme, sa position de liquidité plus faible que ses concurrents et enfin, l’importance des activités de marché. Cette dégradation a été globalement mal perçue par la banque même si Wall Street clôturait en hausse suite à ces dégradations. Par ailleurs, comme toutes les banques, le Crédit Agricole doit se préparer au passage de Bâle III et donc privilégie les cessions d’activité dans ses filiales non rentables et les plans de licenciement. Dans ce cadre, le 30/06/2012, le Crédit Agricole annonce qu’elle veut vendre sa filiale grecque Emporiki et le 02/07/2012 elle souhaite se séparer de sa société de courtage CA Chevreux. Enfin, le plus gros courtier mondial indépendant sur les marchés dérivés qui travaille étroitement avec la Société Générale et le Crédit Agricole vient d’annoncer des licenciements et de nombreux analystes se posent des questions sur l’avenir de cette société.

Analyse Financière
Le Crédit Agricole gère, fin 2011, 525.6 milliards d’euros d’encours de dépôts et 399.4 milliards d’euros d’encours de crédit. Le premier trimestre 2012 est de 5.425 milliards d’euros soit une hausse de 2.28% par rapport au premier trimestre 2011. Le produit net bancaire, le résultat brut d’exploitation sont à la hausse. En revanche, les autres indicateurs sont à la baisse ce qui est globalement inquiétant. En effet, le résultat net est dans le rouge et s’établit à – 1 198 millions d’euros alors qu’il était dans le vert même durant la crise des subprimes. Le coût du risque a aussi fortement augmenté passant de – 3 777 millions d’euros (2010) à – 5 657 millions d’euros (2011).

Le bilan de la banque est en hausse avec une augmentation des actifs qui se poursuit et on peut penser donc que l’assainissement fait par la banque commence à porter ses fruits. Les capitaux propres sont aussi dans le vert malgré une légère baisse sur 2011 mais en revanche la rentabilité des fonds propres est clairement en berne sur 2011 et négative. Le résultat net par action s’établit à 1 en 2011 et ne devrait pas être bougé pour 2012. Le coefficient d’exploitation est toujours positif. La plupart des indicateurs sont donc dans le vert pour cette banque et confirme l’idée que le Crédit Agricole est une banque qui a plutôt bien passée la crise pour le moment même si son cours de l’action reste faible.

Gouvernance
Le Crédit Agricole n’échappe pas aux nouvelles réglementations bancaires qui vont l’obliger à réorienter ses activités vers le financement de court terme ainsi qu’une réduction de ses activités de marché. Cette gouvernance explique globalement les quelques indicateurs dans le rouge car la banque doit se couvrir davantage contre les risques et recentrer ses activités ce qui prend du temps mais les dégradations en chaîne n’aide aujourd’hui par cette institution. Néanmoins, des dividendes devraient être versés pour la première fois depuis 3 ans en 2012 pour 0.10 € par actions et le bénéfice par action est aussi annoncé à la hausse pour 2012 et 2013.

Conclusion
L’objectif à 3 mois est une action à 4.35 € ce qui semble difficile vu l’instabilité du secteur bancaire aujourd’hui. Cet objectif est réalisable si le marché se stabilise mais vu le climat d’incertitude qui plane aujourd’hui sur le secteur bancaire en France comme à l’étranger, l’objectif semble peu réalisable. La tendance est donc à l’allègement de ses positions sur ce titre voir à la vente si votre objectif est un gain immédiat.

Maxime Rousseff

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *