Asset Backed-Security

Un asset-backed security (ABS), se traduit en français par valeur mobilière adossée à des actifs. Il s’agit d’un titre émis par une opération de titrisation. Les actifs sont la plupart du temps des créances de l’entreprise cédante. Grâce à cette opération, les actifs peuvent être émis sur le marché des capitaux, ils sont alors facilement négociables pour les investisseurs.

Détails
Ces produits doivent leur complexité à la nécessité d’une réponse à un besoin de liquidité (d’argent dans l’immédiat) et à la fois d’anonymat des emprunteurs. C’est la raison pour laquelle les actifs auxquels ils sont rattachés sont décris comme le type d’actifs et leur provenance (exemple : crédit hypothécaire) et non l’entreprise ou encore la personne redevable de cet actif. Ces mêmes actifs peuvent également être retitriser car dans le cas où une autre société les achète, ils deviennent un actif de cette même société qui peut également employer la titrisation. Cela rend peut rendre compliquer la façon de les analyser, d’où l’appel à des organismes de notation qui se charge d’évaluer le risque de ceux-ci.

Afin de s’adapter à plusieurs catégories d’investisseurs et de façon à en attirer un maximum d’entre eux, les ABS sont souvent découper en plusieurs parts, dont une est garantie par l’entreprise qui les cède. Elle peut également transférer le risque à ce qu’on appel des assureurs monoline qui acceptent de s’y risquer en échange d’une forte rémunération. Autrement dit, ils prennent par au risque à hauteur d’un pourcentage de la valeur des actifs, c’est lorsque la perte dépasse cette limite que les investisseurs classiques commenceront à ne plus être remboursés. Ce pourcentage de sécurité s’appelle le tampon.

Les autres parts sont dédiés à ces investisseurs classiques puisque le risque de perdre son argent est moindre, donc devient notable. Ainsi, notre ABS est composé de plusieurs strates, la première étant celle du risque maximum qui est très bien rémunéré mais très risqué puisqu’il suffit qu’un emprunteur soit en défaut de paiement pour qu’ils perdent de l’argent. La seconde strate est un peu moins rémunérée et ainsi de suite, ainsi plus la strate est haute et plus le risque sera moindre mais plus la rémunération sera faible. Le pourcentage de sécurité de chaque strate est appelé rehaussement de crédit .

Le remboursement total de l’ABS s’achève souvent lorsque l’entreprise qui les cède trouve les frais qui s’attachent à la gestion du SPV trop importants. Arrivé ce moment là, ils remboursent donc le reste de l’obligation aux investisseurs.

Le fonctionnement est donc très similaire à une obligation. L’investisseur perçoit sa rémunération par un fixe sous forme d’intérêts, mais aussi un variable qui est la somme des emprunteurs qui ont préférer rembourser avant, ou lorsqu’il y a un gage (exemple : saisi du bien). La rémunération est souvent trimestrielle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *