Analyse Neopost

Avec une capitalisation boursière supérieure à 2 milliards d’euros, Neopost est le premier fournisseur européen et le deuxième fournisseur mondial de solutions de traitement du courrier. Aujourd’hui implanté dans 15 pays, avec plus de 5 000 salariés, un chiffre d’affaires annuel de 907,1 millions d’euros en 2007 et une offre commercialisée dans plus de 90 pays le groupe offre les solutions les plus avancées en matière d’affranchissement, de mise sous pli ou d’adressage de documents, ainsi qu’en matière de traçabilité des lettres ou des colis. Neopost propose aussi une large panoplie de services intégrant le conseil, la maintenance, les solutions de financement et les services en ligne. Le groupe a pour objectif d’offrir à ses clients des solutions facilitant la réception et la préparation du courrier en apportant une forte valeur ajoutée et il est devenu un acteur incontournable du marché de l’équipement des salles de courrier et des solutions logistiques.

Le chiffre d’affaires consolidé du troisième trimestre 2008 est de 220,1 millions d’euros soit en hausse de 3,8% par rapport au troisième trimestre 2007 et atteint 7,5% a taux de change constants. Sur les neuf premiers mois, le groupe a réalisé un chiffre d’affaires de 672,9 millions d’euros, en hausse de 5% à taux de change constants mais l’impact négatif des devises anglaises et américaine ramène à une baisse de 1,4%. Notons cependant que les fluctuations des devises n’ont en revanche pas d’incidence sur les marges du Groupe. Alors que la France résiste bien dans un environnement économique dégradé avec une hausse de 4,1%, le Royaume-Uni voit ses chiffres s’effondrer de 18,7%. C’est grâce au dynamisme de Neopost aux États-Unis et en Allemagne que la croissance du troisième trimestre s’explique. En effet les ventes aux États-unis bénéficient d’un important programme de décertification ainsi, en décembre, toutes les machines non numériques seront retirées du marché américain. On a alors un inversement de tendance sur ce marché et sur les 9 premiers mois la baisse du chiffre d’affaires se limite à -2,6% hors effets de change. La vente d’équipement, représentant un tiers du chiffre d’affaires, progresse donc de 5% mais cette effet est quasi nul (+0,1%) si on prend en compte les effets de changes. Cependant la bonne nouvelle vient de la progression de 5,7 % ou 8,7% (hors effet de changes) des revenus récurrents et c’est notamment grâce à la récurrence de ces cash flow que le groupe à mis en place une politique de versement d’acompte sur dividende.
Le Groupe devrait réaliser en 2008 une croissance de son chiffre d’affaires de 6% minimum, hors effets de change et améliorer de 50 points de base sa marge opérationnelle courante en 2008 par rapport au niveau de 25,2% en 2007 (tel que recalculé en intégrant PFE sur 11 mois).

DIVIDENDES

Depuis son introduction en Bourse le 23 février 1999, le cours de l’action Neopost a été multiplié par 5 environ. Neopost a mis en place en 2005, une politique de retour aux actionnaires qui vise à retourner à ces derniers, sauf en cas d’acquisition majeure, 100 % de l’augmentation de la situation nette générée sur la période. Ce retour se fait sous la forme de rachats d’actions (environ 2 % du nombre d’actions en circulation chaque année) et le complément sous la forme du versement d’un dividende.
Au titre de l’exercice 2007, ce sont 180 millions d’euros ont été retournés aux actionnaires de Neopost dont 113 millions d’euros sous de dividendes et 67 millions d’euros sous forme de rachats d’actions. Le groupe a lancé au cours du trimestre un nouveau programme de rachat d’actions d’un montant de 10 millions d’euros.

Afin de faire profiter ses actionnaires d’une plus grande régularité dans le versement de ses dividendes, Neopost a décidé d’initier une politique d’acompte sur dividende. Le Groupe versera donc pour la première fois le 15 janvier 2009, un acompte sur dividende de 1,65 euros par action, au titre de l’exercice en cours. Le solde du dividende sera versé en juillet 2009 après proposition par le Conseil d’Administration et approbation par l’Assemblée Générale des actionnaires de son montant final. Le Groupe précise que le montant de l’acompte sur dividende ne préjuge en rien du montant du dividende final.

OBJECTIFS ET PERSPECTIVES

Le Groupe a poursuivi depuis début 2008 sa politique de rachat de ses propres distributeurs visant à optimiser sa distribution et notamment au cours du trimestre avec l’acquisition d’un distributeur aux États-Unis (dans le Minnesota) et celle du distributeur suisse de PFE.
Pour profiter de synergie entre les différentes structure Neopost a mis en place un plan d’optimisation. En ce qui concerne PFE l’intégration des réseaux de distribution a déjà été réalisée avec Alignement des réseaux PFE sur les réseaux de Neopost et la Fusion des réseaux directs et indirects. Le groupe veut continuer le processus d’intégration de PFE avec la mise en œuvre au quatrième trimestre 2008 de la redéfinition des lignes de produits ce qui correspond à la cession des produits « non core » et l’élimination des redondances dans l’entrée de gamme. L’optimisation industrielle et logistique est elle prévu pour le premier semestre 2009. Grâce à ces synergies, le Groupe confirme attendre pour les activités de PFE une marge opérationnelle courante d’au moins 15% à horizon 2010.

De manière plus générale le Groupe avait décidé fin janvier 2008 d’accélérer la réalisation d’un certain nombre de programmes d’optimisation en particulier en matière de Recherche et Développement, de chaîne d’approvisionnement et de sa distribution aux États-Unis. Ces programmes d’optimisation ont fait l’objet de provisions d’un montant de 20,5 millions d’euros dans les comptes au 31 janvier 2008. En matière de R&D, le regroupement de plusieurs centres du Groupe a été réalisé en vue de renforcer leur efficacité.
Concernant la chaîne d’approvisionnement, les travaux en cours seront achevés en 2009. Ils portent sur la mise en place de deux plateformes logistiques, l’une en Europe et l’autre en Amérique du Nord, le recours systématique à la livraison directe usine-client ainsi que la rationalisation des unités de remise à neuf des anciens modèles de machines à affranchir. Ce plan se déroule comme prévu et ne nécessitera pas de provision complémentaire et devrait générer à horizon 2010 des économies de l’ordre de 6 à 7 millions d’euros par an.

Au-delà de 2008, Neopost anticipe des conditions de marché favorables, grâce en particulier à la poursuite de l’évolution technologique et à la dérèglementation postale en Europe. Compte tenu de ces éléments, des synergies générées par l’intégration de PFE et de l’accélération des programmes d’optimisation, le Groupe devrait être en mesure de porter sa marge opérationnelle courante au dessus de 26%.
Pour atteindre ces objectifs, le groupe « table sur la poursuite de la décertification des machines à affranchir non digitales aux États-Unis et sur le maintien de bonnes performances en Europe ». Pour 2009, Neopost indique qu’il devrait générer une « croissance profitable ».

RECOMMANDATION

Le Groupe a encore augmenté de façon progressive et contrôlée l’utilisation de son levier financier. Neopost a ainsi pu continuer à développer ses activités de financement (leasing et financement de l’affranchissement) tout en continuant à réaliser des acquisitions ciblées et à mettre en œuvre sa politique volontaire de retour aux actionnaires. Cette situation financière est d’autant plus saine que son endettement est lié, pour l’essentiel, au financement de son portefeuille de leasing et que la génération de trésorerie d’exploitation provient,en grande majorité , de revenus récurrents.
De plus les évolutions réglementaires et technologiques (décertification des machines à affranchir non digitales aux États-Unis), les synergies générées par l’acquisition de ses distributeurs notamment PFE, le renforcement de son offre avec le lancement de sa nouvelle gamme de systèmes d’affranchissement, l’accélération des programmes d’optimisation et les bonnes perspectives de développement à moyen terme sont autant d’indicateurs qui prouvent la bonne tenue de Neopost. Il est à remarquer que c’est une des valeurs qui a le mieux résister au krach boursier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *