Analyse CGG Veritas

Le Groupe CGG Veritas est l’un des premiers prestataires internationaux de services géophysiques intégrés ainsi que le premier fabricant mondial d’équipements géophysiques. Ses principaux clients en matière de prestations de services géophysiques sont des compagnies pétrolières et des compagnies gazières qui utilisent l’imagerie sismique comme support à l’exploration et au développement des réserves. La Société a été fondée en 1931 pour commercialiser les techniques géophysiques d’évaluation des ressources du sous-sol. Elle s’est progressivement spécialisée tout au long de son histoire dans les techniques sismiques adaptées à l’exploration et à la production du pétrole et du gaz, tout en conservant une activité dans d’autres domaines géophysiques. Le 9 janvier 2007, les assemblées générales de CGG et de Veritas ont voté en faveur du rapprochement des deux sociétés et le nouveau groupe a été renommé CGG Veritas. CGG Veritas est un groupe sismique renforcé et de dimension mondiale, doté sur l’ensemble des marchés d’une offre élargie de services sismiques, et d’équipements géophysiques au travers de Sercel. La fusion doit produire des économies avant impôt de coûts et de dépenses d’environ 75 millions de dollars US par an à partir de 2008.

Les prestations de services géophysiques représentent près de 71,4% du chiffre d’affaires. Ainsi CGG Veritas fournit des prestations d’enregistrement, de traitement et d’interprétation de données sismiques terrestres et marines.
La fabrication d’équipements sismiques représentent 28,6% du chiffre d’affaires notamment avec des appareils d’enregistrement et de transmission, des vibrateurs d’acquisition de données sismiques, des logiciels de traitement et d’interprétation des données, etc.
La répartition géographique du chiffre d’affaires est assez équilibré avec 32,3% en Europe-Afrique-Moyen Orient , 30,9% en Amérique du Nord , 26,5% en Asie-Pacifique et enfin 10,3% en Amérique latine.

INFORMATION FINANCIÈRE

CGG Veritas a réalisé au troisième trimestre un chiffre d’affaires de 1,062 milliard (692 millions d’euros) à comparer à 829 millions de dollars (607 millions d’euros). «Cette croissance de 28% en dollar provient de la bonne performance opérationnelle en acquisition marine, du niveau élevé des ventes d’équipements Sercel et des ventes multi-clients dans les Services», a expliqué CGG Veritas.

En effet l’accélération de la demande en études sismiques de haute résolution et de haute productivité (via les importantes livraisons d’équipements terrestres) a permis la croissance de 29% de Sercel à 300 millions de dollars. Le chiffre d’affaires des Services s’élève quant à lui à 762 millions de dollars en hausse de 28%, il a été très bien tiré par les activités d’acquisition contractuelle marine qui s’élèvent à 320 millions de dollars (208 millions d’euros) en hausse de 86% en $ et de 66% en €. Enfin l’augmentation du niveau de préfinancement des études multi-clients ainsi que les taux élevés de disponibilité (95%) et de production (90%) des navires ont fait parti des principaux vecteurs de la performance de ce troisième trimestre 2008.

L’EBITDA est ressorti à 467 millions de dollars (304 millions d’euro) en hausse de 27% en dollar et de 12% en euro. La marge d’EBITDA est de 44%. Le résultat opérationnel atteint 265 millions de dollars (173 millions d’euros), en hausse de 69% en dollars et de 51% en euros, soit une marge opérationnelle de 25%, contre 19% l’année dernière.
Enfin le groupe a réalisé un trimestre record avec un résultat net de 162 millions de dollars ( soit 15% du chiffre d’affaires), en hausse de 73% d’une année sur l’autre et de 53% en euros à 105 millions d’euros. Le résultat net par action est de 0,74 euro.

Le cash flow net généré au cours du troisième trimestre est de 65 millions de dollars, (42 millions d’euros) et la dette nette du Groupe est en diminution à 1,57 milliard de dollars (1,1 milliard d’euros). Le taux de dette nette sur capitaux propres est de 42% contre 46% en 2007.

Pour les chiffres des 9 premiers mois ils sont aussi très bon. Ainsi le chiffre d’affaires du Groupe s’établit à 2,809 milliards de dollars (1,836 milliard d’euros) en hausse de 18% en dollars et de 4% en euros à comparer à 2,375 milliards de dollars (1,771 milliard d’euros) l’année dernière. Le résultat opérationnel du Groupe est de 600 millions de dollars (392 millions d’euros) en hausse de 25% en $ et de 10% en €. L’EBITDA du Groupe est de 1,150 milliard de dollars (751 millions d’euros) à comparer à 992 millions de dollars (739 millions d’euros) l’année dernière. Enfin le résultat net du Groupe s’élève à 339 millions de dollars (221 millions d’euros) en hausse de 38% à comparer à 245 millions de dollars (182 millions d’euros) l’année dernière.

DIVIDENDES

Il n’est pas prévu de proposer à l’Assemblée Générale des actionnaires le versement d’un dividende au titre de l’exercice 2007.

OBJECTIFS ET PERSPECTIVES

Le Groupe a pour objectif en 2008 de croître au même rythme que le marché, voire davantage. Sur la base d’un taux de change €/$ de 1,45, l’objectif du Groupe est ainsi d’obtenir un taux de marge opérationnelle de plus de 30% à Sercel, un taux de marge opérationnelle de plus de 20% dans les Services, compte tenu notamment d’un taux d’amortissement des études multi-clients qui devrait se situer autour de 50%.

Le groupe affiche un carnet de commandes record de 1,9 milliard de dollars qui s’inscrit en hausse de 15% par rapport à l’année dernière, permettant ainsi de confirmer ses objectifs 2008 et lui donne une bonne visibilité sur l’année 2009. Il prévoit notamment pour le quatrième trimestre 2008 une nouvelle croissance des livraisons d’équipement terrestres de Sercel et des ventes multi-clients en hausse, en lien avec les attributions de blocs à venir dans le Golfe du Mexique. Dans ce cadre, son ratio d’endettement net devrait être ramené en fin d’année 2008 à environ 35%, en sensible réduction par rapport au niveau de 46% de fin 2007.

Robert BRUNCK, Président Directeur Général de CGG Veritas, a déclaré « Malgré l’instabilité actuelle de l’environnement économique et financier, nos clients doivent continuer à relever les défis du renouvellement de leurs réserves et d’une déplétion accélérée de leurs réservoirs. C’est pourquoi les technologies sismiques haut de gamme sont appelées à jouer un rôle clé, en permettant à nos clients de réduire les risques associés à l’exploration et à la production de leurs réserves, tout en améliorant la productivité de leurs opérations».

Dans l’environnement économique et énergétique actuel, le Groupe CGG Veritas, fort d’une situation financière solide et de ses Services et Equipements sismiques haut de gamme, est bien positionné pour le futur. Ainsi le groupe a annoncé le 30 décembre le lancement d’une OPA sur les 30,1% du capital du norvégien Wavefield Inseis qu’il ne détient pas encore, ainsi que sur les actions qui pourraient résulter de l’exercice de stock options Wavefield existantes. CGG Veritas précise avoir obtenu l’aval de l’Oslo Stock Exchange sur le document relatif à l’offre. L’OPA en question sera ouverte à compter d’aujourd’hui mardi jusqu’au mardi 27 janvier 2009 à 17h30. Le prix de l’offre, qui s’élève à 15,17 couronnes norvégiennes, sera versé en numéraire, précise encore CGG Veritas dans un communiqué.

RECOMMANDATION

Le groupe présente une taille critique dans chacun de ses métiers. Ainsi dans les équipements, Sercel est le numéro un mondial, affiche une profitabilité confortable, et un vériable avantage technologique. Les acquisitions du norvégien Exploration Resources et de Veritas ont permis de hisser la marine du groupe à un niveau équivalent à celui des leaders actuels du secteur.
Cependant même si les synergies possibles avec Veritas sont très fortes grâce à la complémentarité géographique mais aussi en lui permettant de se lancer sur le marché porteur du « wide-azimuth », il peut exister des problèmes d’intégration liés à la fusion.

Comme toutes les sociétés para-pétrolières le groupe est fortement dépendant de l’investissement des compagnies pétrolières qui doivent investir dans la sismique, dans l’optique du renouvellement de leurs réserves pétrolières.
Par ailleurs, pour certains spécialistes, le nombre de forages pétroliers et gaziers réalisés dans le monde est un indicateur intéressant de mesure du niveau de la demande en services para-pétroliers. Il est publié chaque semaine par la société américaine Baker Hughes.

La société est fortement lié aussi au cour du pétrole, et celui-ci risque de grimper a court terme au vu du conflit israléo-palestinien. Au sorti de la crise économique et à plus long terme la demande de pétrole va augmenter notamment avec le développement des pays émergents. De plus les technologies de pointes utilisées par CGG Veritas auront un rôle clé pour la découverte de nouvelles réserves pétrolières qui se font de plus en plus rare. Nous conseillons donc l’achat de la valeur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *