Analyse Bic

Bic est un des leaders mondiaux des articles de papeterie, des briquets et des rasoirs. Il fabrique depuis plus de 50 ans des produits de grande qualité accessibles à tous, partout dans le monde et cette vocation a permis au Groupe d’être aujourd’hui l’une des marques mondiales les plus reconnues. BIC commercialise ses produits dans plus de 160 pays et a réalisé en 2007 un chiffre d’affaires de 1 456,1 millions d’euros répartie avec 31,6% des ventes en Europe ,44% en Amérique du Nord et Océanie ,18,6% en Amérique latine et enfin 5,8% en Moyen Orient-Afrique-Asie (5,8%). Bic réalise plus de la moitié de son chiffre d’affaires grâce à ses articles de papeterie (51% des ventes), ses briquets non rechargeables représentent 27 % du chiffre d’affaires et ses rasoirs 18 %. Premier fabricant mondial de stylos billes, le groupe commercialise également des articles de sport et de prêt-à-porter.
Bic est un groupe familial, malgré sa taille de géant multinational des produits de consommation. Les membres de la famille détiennent plus de 42 % des droits de vote et cet actionnariat familial est très présent dans l’opérationnel. Le holding MBD –Marcel Bich Descendants- regroupe les 10 enfants du fondateur et leur nombreuse descendance.

INFORMATION FINANCIÈRE

Le chiffre d’affaires du Groupe BIC s’élève à 1 064,4 millions d’euros sur les 9 premiers mois 2008, contre 1 094,9 millions d’euros en 2007, en baisse de -2,8 % en publié et en hausse de +3,2 % à taux de change constants. Les fluctuations des taux de change ont eu un impact négatif de -6,0 %, dont -4,5 % liés à la baisse du dollar US.
Le chiffre d’affaires du 3ème trimestre s’élève à 363,9 millions d’euros, contre 365,9 millions d’euros en 2007, en baisse de -0,6 % en publié et en hausse de +4,2 % à taux de change constants.
Dans la Papeterie, le chiffre d’affaires des 9 premiers mois a progressé de +0,7 % à taux de change constants. Dans l’activité Grand Public, les ventes du 3ème trimestre 2008 ont été faibles, comparé à un 3ème trimestre 2007 élevé. Ceci s’explique notamment par le retournement général du marché, l’environnement économique ayant affecté les ventes de rentrée scolaire. Sur les 9 premiers mois 2008, notre activité Grand Public a affiché une légère croissance dans un environnement difficile notamment en maintenant sa part de marché dans toutes les régions clés. L’activité de marquage publicitaire, BIC Graphic, est restée faible, en dépit d’une légère amélioration de la tendance des ventes au 3ème trimestre. Dans les Briquets, les ventes des 9 premiers mois ont progressé de +1,2 % à taux de change constants. La hausse est de +3,5 % au 3ème trimestre. Bien que le marché des briquets de poche est été affecté par le ralentissement économique, des ajustements de prix et des gains de parts de marché ont tiré les ventes. Dans les Rasoirs, le chiffre d’affaires des 9 premiers mois a augmenté de +4,0 % à taux de change constants, la performance du 3ème trimestre 2008 (+11,2 %) bénéficiant d’une base de comparaison favorable. Les ventes de BIC ont continué de bénéficier de la croissance de notre portefeuille de rasoirs 3-lames non-rechargeables.

Le résultat d’exploitation des 9 premiers mois a reculé de -15,6 % en publié et de -10,1 % à taux de change constants, atteignant 163,1 millions d’euros. La marge d’exploitation des 9 premiers mois 2008 s’élève à 15,3 % contre 17,6 % sur les 9 premiers mois 2007et normalisée, c’est à dire hors coûts liés à la fermeture des usines Stypen et Fountain Inn et hors plus-values immobilières, elle serait de 15,8 %. La marge brute des 9 premiers mois atteint 48,1% des ventes, soit une a diminution de -1,2 point dont -0,8 point du à l’impact négatif des fluctuations des taux de change. Les augmentations de prix ont plus que compensé l’impact de la hausse des matières premières.

Le résultat net part du Groupe des 9 premiers mois 2008 s’élève à 113,0 millions d’euros, en baisse de -11,7 %. Le bénéfice net par action (BNPA) atteint 2,33 euros sur les 9 premiers mois 2008, comparé à 2,60 euros sur les 9 premiers mois 2007, en baisse de -10,4 %.

Les liquidités de clôture au 30 septembre 2008 se sont établies à 136,9 millions d’euros, contre 154,0 millions d’euros au 30 septembre 2007.

DIVIDENDES

Le Conseil d’Administration de Société Bic propose une politique de distribution des dividendes qui est essentiellement fonction des bénéfices de la Société, de sa politique d’investissement, d’un bilan solide, et tient compte des comparaisons avec les pairs du secteur. BIC n’envisage pas de modifier significativement cette politique de distribution de dividendes.
Le Conseil a proposé un dividende net de 1,35 euro par action lors de l’Assemblée Générale du 21 mai 2008. Le taux de distribution serait ainsi de 38,5 % en 2007 contre 38 % en 2006.

OBJECTIFS ET PERSPECTIVES

Mario Guevara, Directeur Général, a déclaré : « Les résultats du 3ème trimestre de BIC sont bons et, en dépit d’un environnement économique incertain, nous avons été à nouveau en mesure de gagner des parts de marché sur des marchés clés. Sur l’année 2008, nos ventes devraient, comme anticipé, légèrement croître à taux de change constants. La marge d’exploitation devrait être proche de celle des 9 premiers mois. En nous appuyant sur un bilan sain et un modèle économique solide et performant, nous allons poursuivre la gestion de notre activité sur le long-terme. » Bic va continuer de générer de la croissance, notamment au travers de gains de parts de marché, et en améliorant sa productivité, comme il l’avait fait en annonçant en septembre dernier la fermeture, en 2010, de leur usine de flacons de correcteurs fluides aux Etats-Unis.

Le Groupe poursuivra sa stratégie d’acquisitions complémentaires. Après les acquisitions de PIMACO et Atchison Products, qui s’accordent du point de vue stratégique avec son coeur de métier, permettant d’exploiter et de renforcer ses atouts en termes de fabrication, ventes, marketing et distribution, Bic va acquérir la branche produits promotionnels (cadeaux publicitaires, promotionnels et d’entreprise, APP) d’Antalis, filiale de distribution du groupe papetier français Sequana, pour un montant compris entre 33 et 38 millions d’euros. Avec un chiffre d’affaires qui devrait être d’environ 90 millions d’euros en 2008, APP vend à plus de 15 000 distributeurs dans 40 pays en Europe, en Afrique et au Moyen-Orient . L’acquisition devrait être finalisée au cours du premier trimestre 2009, après la signature d’un accord définitif et l’obtention des autorisations des autorités de contrôle.
‘ Bien que très affectée par l’environnement économique actuel, l’industrie des produits promotionnels est une activité de croissance à long terme. La combinaison de notre activité de marquage publicitaire actuelle et de l’activité Produits Promotionnels d’Antalis va créer de la valeur pour toutes nos parties prenantes et nous permettra dans les années à venir de bénéficier du potentiel de croissance de cette industrie. ‘ commente le directeur général de Bic Mario Guevara.

Les tendances de fin d’année par activité devraient être les suivantes :
– L’activité papeterie Grand Public devrait être tirée par la bonne performance en Amérique latine et par des gains de parts de marché en Europe et en Amérique du Nord bien que la consommation ralentisse dans ces zones géographiques.
– Dans les Briquets, la croissance du chiffre d’affaires en Europe devrait légèrement baisser au 4ème trimestre 2008 et nous restons prudents pour ce qui est de l’Amérique du Nord. La bonne
performance en Amérique latine devrait se poursuivre.
– Dans les Rasoirs, en raison de l’environnement concurrentiel difficile, les ventes de l’année 2008 devraient afficher une légère croissance à taux de change constants et la marge
d’exploitation devrait être comparable à celle des 9 premiers mois.

RECOMMANDATION

Bic bénéficie d’une structure financière solide, qui lui permet de saisir des opportunités de croissance externe. En effet le groupe doit procéder à des alliances ou des restructurations pour faire face à la concurrence des producteurs asiatiques à bas prix. La société est confrontée à une forte pression concurrentielle, principalement sur ses activités rasoirs et briquets et doit affronter Procter \& Gamble, propriétaire de Gillette, et Energizer, qui commercialise Schick et Wilkinson. Les produits lancés par ses homologues sont susceptibles de peser sur les ventes. De plus les marchés sur lesquels Bic est positionné présentent une faible croissance. La capacité du groupe à lancer de nouveaux produits innovants est donc à suivre. Il est donc intéressant de voir que parallèlement au soutien apporté à ses produits classiques, le groupe développe de nouveaux produits à plus forte valeur ajoutée, notamment dans l’activité papeterie mais aussi en lançant un mobile prêt à l’emploi avec Orange en France.
Notons aussi que le cours du dollar est à suivre de près, puisque Bic réalise la plus grande partie de ses ventes à l’international.

En ce qui concerne notre recommandation, à moyen terme la valeur situé a 42 ,80 est proche de ses niveaux de résistance à 44,75 et le consensus du marché prévoyait un objectif atteint de 37 euros. Nous déconseillons alors la valeur sur cette échéance. Cependant fin 2007 la valeur se situé bien au dessus à 60 euros. Il est vrai qu’a cette période le secteur du bien à la consommation se portait mieux. En effet aujourd’hui les perspectives de croissance de la zone euro sont basse et le moral des ménages aussi. Cependant l’inflation diminue. Donc nous conseillons un achat de la valeur sur le long terme si la valeur redescend à des niveaux plus bas (37-38) ou si elle casse les résistances.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *