Analyse Euro Dollar

Le 25/07/11
Cours 1 EUR = 1.4352 USD

Le taux spot EUR/USD est actuellement de 1.4352 dollar. Depuis l’ouverture du marché ce lundi matin, les fluctuations sont assez faibles. La fin de semaine dernière a été marquée par une hausse de la valeur de l’euro, passant de 1.41$ à plus de 1.435$.

Actualités

Jeudi dernier, les dirigeants de la zone euro se sont réunis à Bruxelles et ont décidé d’un nouveau plan d’aide à la Grèce. Ce nouveau plan, d’un montant de 160 Mds€, est financé en partie par des créanciers privés, tel que le souhaitaient certains dirigeants européens comme l’Allemagne.
Malgré ce plan d’aide, l’agence de notation Moody’s a dégradé la note de la Grèce de « Caa1 » à « Ca », c’est-à-dire à un cran du défaut de paiement.
Vendredi, l’indice allemand du climat des affaires, qui traduit l’état d’esprit et les attentes des entreprises pour les six prochains mois, a été annoncé en net recul, passant de 114.5 à 112.9.
A l’inverse, les nouvelles commandes de l’industrie européenne ont bondi ce mois-ci, allant de -0.10% à 3.60%, alors qu’une hausse de seulement 0.80% était attendue.
Les États-Unis sont toujours confrontés au problème de la dette du pays et notamment de son plafond. Les républicains et les démocrates n’ont toujours pas réussi à trouver un accord quant au relèvement du plafond de la dette, à neuf jours de la date butoir d’un défaut de paiement.
Les nouvelles revendications américaines du chômage ont augmenté de 10 000, pour atteindre 418K. Néanmoins, les demandes d’indemnisations permanentes ont diminué de 50 000, passant pour la première fois depuis un mois sous la barre des 3 700K.

Macroéconomie

L’accord des dirigeants européens sur la mise en place d’un nouveau plan d’aide à la Grèce a immédiatement rassuré les marchés. L’euro a pris de la valeur durant toute la fin de semaine. Le risque d’un défaut de paiement total du pays s’éloigne, mais un défaut du paiement partiel est toujours probable.
L’agence de notation Moody’s a dégradé la note de la Grèce afin de rappeler que le problème n’est pas résolu. Elle estime que la Grèce ne sera pas en mesure de rembourser intégralement ses créanciers privés. En revanche, le nouveau plan d’aide permet à l’Europe de contenir le risque de contagion.
Aux États-Unis, l’accord sur le plafond de la dette du pays n’a toujours pas été trouvé, ce qui repousse les investisseurs. En effet, le pays se trouve dans une période d’instabilité. Les investisseurs préfèrent fuir le dollar et se réfugier vers des valeurs plus sûres telles que l’or ou le franc suisse. De plus, les chiffres du chômage de cette semaine sont très mitigés.
L’état d’esprit des entreprises allemandes recule mais cela n’empêche pas les commandes de l’industrie de la zone euro de repartir à la hausse. La production européenne et la croissance devrait donc augmenter dans les prochains jours.

Risque

Le risque de défaut de paiement de la Grèce semble s’éloigner grâce à l’intervention européenne, néanmoins un risque de défaut partiel est toujours envisageable. En effet, Moody’s a déjà abaissé la note du pays à un cran du défaut de paiement, Fitch devrait passer la note de la Grèce au rang de « défaut restrictif » et Standard & Poor’s à celui de « défaut sélectif ». La reprise de l’euro, notamment face au dollar, pourrait se stopper et s’inverser.
Du côté américain, les jours sont comptés avant la date du défaut de paiement du pays. La dette américaine ne cesse de s’accroître et le plafond autorisé risque d’être atteint rapidement. Si les différentes parties ne trouvent pas de solution, le pays risque un défaut de paiement et un abaissement de sa note souveraine. Le dollar serait alors largement atteint ainsi que son statut de valeur refuge.

Calendrier de la semaine

Il ne reste aux américains plus que neuf jours pour trouver une solution au sujet de la dette souveraine. Les cambistes vont donc suivre attentivement tout accord ainsi que toutes déclarations des différents protagonistes.
Les actions des principales agences de notations seront scrutées au sujet des États-Unis ainsi que de la Grèce.
Dans la journée de mardi, la confiance des consommateurs allemands et celle des consommateurs français seront annoncées. Elles sont attendues en légère baisse par rapport au mois dernier.
Du côté américain, la confiance des consommateurs est également attendue en baisse. En revanche, les ventes de logements neufs dans le pays devraient repartir à la hausse.
Les commandes de biens durables sont prévues en baisse par rapport au mois dernier, passant de +2.10% à +0.40%.

Conclusion

L’euro est actuellement dans une phase de reprise de valeur, notamment face au dollar, grâce au plan d’aide européen à la Grèce qui a rassuré les marchés. Néanmoins, le risque pour la Grèce n’est pas totalement exclu et des dégradations de la note sont encore à prévoir.
Les États-Unis courent également un risque de défaut, les cambistes suivront donc les différentes interventions au sujet de ces deux pays.
Dans l’attente d’un accord américain, le dollar ne devrait pas voir sa valeur augmenter fortement dans les prochains jours. La valeur de l’euro devrait fluctuer entre 1.43$ et 1.44$.

Colin Rousselot
Vanessa Dreyer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *