Analyse Delachaux

Delachaux est spécialisé dans la conception, la fabrication et la commercialisation de produits industriels destinés principalement aux secteurs de la manutention, ferroviaire, aéronautique et automobile.

La branche Ferroviaire représente l’activité principale du Groupe avec 55% du chiffre d’affaires. Elle équipe les principaux réseaux mondiaux de transports ferroviaire et urbain en Systèmes et Composants dédiés à la Voie. Les besoins liés au transport de passagers ou de marchandises connaissent partout dans le monde une croissance importante.
La branche Conductique est à l’origine de la création de la Société Delachaux, fondée en 1902 et participe tout de même encore au tiers du chiffre d’affaires. Elle rassemble toutes les technologies conductiques liées au « transfert d’énergie » et à la « transmission de données ». Ses clients se situent principalement dans les pays demandant des équipements industriels de très haute productivité.
La branche Produits Spéciaux réunit les autres métiers du Groupe Delachaux avec 14% du chiffre d’ et vise essentiellement les secteurs de l’Aéronautique, l’Energie, l’Automobile et la Manutention. Elle est décomposé principalement en une partie métaux et dérivés (10% du Chiffre d’affaires) et injection plastiques (4% du Chiffre d’affaires)

La répartition géographique du chiffre d’affaires est la suivante : France (13%), Europe (35,9%), Amérique du Nord (25,1%), Océanie et Asie (21,6%) et autres (4,4%).

INFORMATION FINANCIÈRE

Delachaux a dévoilé, au titre de son troisième trimestre, un chiffre d’affaires consolidé en hausse de 25,8 % à 202,4 millions d’euros. A fin septembre 2008, le chiffre d’affaires consolidé s’est élevé à 580,5 millions d’euros contre 490,5 millions d’euros l’an dernier. La direction souligne que le chiffre d’affaires de l’ensemble de l’année devrait être en ligne avec les objectifs annoncés.
L’activité de la branche Ferroviaire a notamment augmenté de 19,8 % avec un chiffre d’affaires de 319,7 millions d’euros et une croissance marquée dans les zones Amérique-Asie-Pacifique.
L’activité Conductique a enregistré une augmentation de ses ventes de 12,7% avec un chiffre d’affaires de 180,2 ME et un renforcement des positions suite à l’intégration du groupe Wampfler.
Pour la branche Métaux , la progression s’est élevée à 37,1 % avec un chiffre d’affaires de 60,3 ME et une demande forte sur le marché de l’Aéronautique. Enfin la branche Autre affiche 20,3 million d’euros en hausse de 2,4%

Malgré la hausse des coûts des matières premières et des effets de changes défavorables, Delachaux a affiché une nette progression de ses résultats au premier semestre. Le résultat net part du Groupe s’est ainsi établi à 31,1 millions d’euros, en progression de 23,3% par rapport aux six premiers mois de l’année 2007. Le résultat opérationnel courant a pour sa part atteint 50,4 millions d’euros progressant de 26,0 % par rapport au 30/06/2007, sur la base d’un chiffre d’affaires de 378,1 millions d’euros en hausse de 14,8 % sur un an.

DIVIDENDES

<!– @page { margin: 2cm } P { margin-bottom: 0.21cm } –>

Le 16 Juillet 2008, la société Delachaux a versé un dividende de 0,75 € par action.

OBJECTIFS ET PERSPECTIVES

Concernant ses perspectives, Delachaux estime que le deuxième semestre devrait connaître un niveau d’activité globalement équivalent à celui du premier semestre.

‘ En revanche, les conditions d’exploitation devraient se durcir sensiblement au second semestre par rapport à la première partie de l’année, principalement du fait du plein effet sur le second semestre des fortes hausses matières subies au cours du deuxième trimestre 2008. Dans ce contexte, Delachaux engagera les actions nécessaires pour assurer la croissance de son résultat conformément à ses objectifs ‘ indique au final le groupe.

Apres le rachat du groupe PANDROL, leader mondial des systèmes de fixation pour le ferroviaire, en novembre 2003, le groupe a procédé en janvier 2007 à l’acquisition du groupe WAMPFLER, leader mondial des équipements destinés à l’alimentation électrique des engins de manutention industrielle. Cette croissance externe s’inscrit dans la poursuite de la stratégie du groupe de renforcement de ses positions comme numéro un mondial.

La croissance durable du secteur de l’Ingénierie est confirmée par une étude prospective et inédite du BIPE pour Syntec-Ingénierie, la Fédération des professionnels de l’ingénierie. De 1999 à 2005, le taux de croissance annuel moyen de l’Ingénierie s’est élevé à 4,4% (en volume, chiffres INSEE, 7% en valeur) contre 2,3% pour la production nationale (4,3% en valeur). Le secteur a progressé plus vite que l’ensemble de l’économie française.

Les prévisions à cinq ans, pour la période 2008-2012, sont positives et confirment cette tendance : l’Ingénierie continuera de « surperformer » la croissance française avec un taux de croissance annuel moyen en volume de 4,5% ; l’estimation la plus basse est de 3,2% et va jusqu’à 5,7% (selon les hypothèses).

De 2008 à 2012, l’investissement devrait reprendre activement, la croissance française demeurera tirée par les activités de services, bénéficiera d’un rebond industriel mais subira le ralentissement de la construction. Dans l’industrie, la demande sera soutenue dans les biens d’équipement (construction navale, aéronautique et ferroviaire, construction mécanique, électrique et électronique) et les activités liées à l’énergie.

Le secteur de l’Ingénierie a aujourd’hui dépassé les 32 milliards d’euro de production (équivalent par exemple à celui du secteur aéronautique en 2006), dont 22% à l’export.

RECOMMANDATION

Le secteur mondial de l’industrie ferroviaire demeure très bien orienté malgré la dégradation de l’économie mondiale. Ses fondamentaux sont solides et il est porté par de nombreux projets dans tous les segments de marché (haute vitesse, voitures passagers,…) ainsi que dans toutes les régions du monde.

Sa stratégie de niche multi-sectorielle, la dynamique d’innovation dans des produits à forte valeur ajoutée et la qualité des équipes permettent d’envisager la poursuite de son développement dans ces trois principales activités et ainsi continuer à améliorer les performances opérationnelle et financières.

Au de sa valorisation basse et de ses bonnes perspectives nous conseillons un achat sur une période long terme. Cependant d’autre valer du même secteur peuvent être aussi voir plus intéressante tels qu’ Alstom qui se trouve sur le CAC 40. Cette valeur possède une information financière mieux détaillée, un dividende plus important, et la liquidité du titre est plus grande.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *