Les agences de notation à la manœuvre

1 livre sterling = 1,6353 USD

Actualités
Une majorité d’analystes estiment qu’au moins une des trois grandes agences de notation retirera aux Etats-Unis leur triple A, selon un sondage mené lundi et mardi par Reuters. Il ne reste, en effet, plus qu’une semaine aux responsables politiques américains pour relever le plafond de la dette publique. Dans le cas contraire, le pays se trouvera en situation de défaut technique sur certaines de ses obligations. Cependant, l’agence de notation Fitch Ratings a estimé, mercredi, que les bons du Trésor des Etats-Unis resteraient l’actif de référence du système financier mondial même s’ils devaient perdre leur note « AAA ».

Aussi, les chefs républicains ont retardé hier un vote crucial de la chambre des représentants destiné à remonter la limite de l’endettement national au-dessus de 14.3 billions de dollars. Ceci aggrave la nervosité des investisseurs concernant un possible défaut de paiement des dettes souveraines nationales. Leurs adversaires démocrates cherchent à diminuer les dépenses tout en augmentant les recettes de l’état pour résoudre le problème des déficits. En revanche, les républicains refusent à envisager tout accord comprenant d’avantage de prélèvements.

Macroéconomie
La Livre Sterling s’est consolidée hier après la publication d’une étude montrant que l’économie britannique avait augmenté comme prévu de 0.2% au second trimestre. Hier, la valeur d’achat des nouvelles commandes industrielles est passée de 1 à -10, une baisse bien plus forte que les -2 attendues. Enfin ce matin, l’indicateur britannique qui mesure les ventes au détail a été publié. Il est à -5 pour le mois de juillet alors que les prévisions indiquaient un chiffre positif.

Aux Etats-Unis, les ventes de logements neufs ont baissé de trois mille unités, passant de 315K à 312K. Les études statistiques avaient cependant conclues sur une hausse à venir d’environ 5000 unités. Concernant la confiance des consommateurs, les chiffres ont indiqué une hausse de 3,19 %. Les analystes s’attendaient à une baisse de cet indice compte tenu de la situation actuelle. Enfin, hier, les investisseurs ont pu constater la chute de 0,7% à 0,1% des commandes de biens durables pour le mois de juillet.

Analyse théorique et risque
Les indices internationaux actions chutent à nouveau sur fond de tensions sur la dette américaine et les bons résultats trimestriels des entreprises passent au second plan. La question du relèvement du plafond de la dette américaine n’est toujours pas résolue alors que la date butoir du 2 août se rapproche dangereusement. Les discussions entre démocrates et républicains restent au point mort et ne rassurent pas les marchés. De plus, les incertitudes sur le plan de sauvetage de la Grèce subsistent et les investisseurs n’écartent pas le risque de contagion. Dans ce contexte encore plus incertain, les bourses européennes clôturent en baisse et les paires de devises fluctuent sans suivre réellement la réalité macroéconomique.

Agenda de la semaine
Les Etats-Unis devraient faire connaître aujourd’hui le volume officiel des commandes de biens durables, et la Réserve Fédérale publier son livre beige. Ils dévoileront également leur rapport gouvernemental hebdomadaire sur les nouvelles inscriptions au chômage. Enfin, nous connaitrons le nombre des ventes de logements en cours émanant des acteurs du secteur.

Demain, l’Indice Nationwide Housing Price, qui mesure les changements mensuels du prix moyen d’une maison avec hypothèque adossée à Nationwide au Royaume-Uni, sera publié. Il était à 0,0% pour le mois de juin et est attendu à -0,2% pour ce mois. La livre devrait faiblir après huit heures si la tendance se confirme car cet Index est un indicateur avancé de l’état du marché du logement. Dans l’après-midi, nous connaitrons pour les Etats-Unis l’indice des prix de l’emploi, le PIB mensuel, et le Michigan sentiment qui est un indicateur de confiance des consommateurs. Ce dernier est prévu en hausse contrairement aux autres indices.

Conclusion
La paire GBP/USD est montée jusqu’à 1.6364 à l’ouverture de la séance européenne, son cours le plus élevé du jour, puis s’est stabilisée vers 1.6353, prenant 0.13%. Elle avait des chances de trouver du soutien à 1.6264, son plancher du 26 juillet, et de rencontrer de la résistance à 1.6438, son plafond des six dernières semaines datant de mercredi.

La décision, aujourd’hui, du relèvement du plafond de la dette sera primordiale pour les marchés. En effet, si le Président Barack Obama pause son droit de véto ou si les républicains s’opposent aux volontés des démocrates, le dollar pourrait chuter encore une fois. La livre dépasserait alors les 1,64 dollars voir le plafond des 1,6438 en cette fin de semaine.

Vanessa Dreyer et Paul Hirel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *